26/03/2020 19:15
En quelques semaines, le coronavirus et le confinement de millions de personnes qu'il a entraîné ont presque anéanti l'économie mondiale, au point que les économistes s'attendent à la récession la plus violente de l'histoire moderne, peut-être pire que pendant la Grande Dépression.
>>Wall Street se tasse face aux atermoiements du Sénat américain
>>La Bourse de Paris se maintient dans le vert, soutenue par le plan américain
>>De Sydney à New York, nouvel avis de détresse pour les Bourses mondiales

Des travailleurs attendent pour un emploi journalier dans les ports de Los Angeles et de Long Beach, le 11 mars à Wilmington, en Californie pendant l'épidémie de coronavirus. Photo : AFP/VNA/CVN

Elle devrait s'accompagner d'une envolée du chômage. L'ampleur du choc déprendra des remèdes insufflés par les gouvernements, banques centrales et institutions internationales, et de la durée de la crise sanitaire. Le point avant une réunion - virtuelle - d'urgence du G20.

Récession ou dépression ?

"Les économies du G20 vont subir un choc sans précédent pendant la première partie de l'année et vont se contracter en 2020 avant un rebond en 2021", présagent les économistes de l'agence de notation Moody's. Le secrétaire général de l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), Angel Gurria, a lui estimé sur la BBC sur l'économie mondiale va souffrir "pour des années".

La crise actuelle s'annonce plus sévère que celle de 2008 car elle touche cette fois non pas seulement le système financier mais l'ensemble de l'économie réelle, avec un effondrement de la production et donc de l'offre, et aussi de la demande, à cause de millions de personnes en confinement. Les transports, le tourisme, la distribution sont particulièrement sinistrés, même si quelques secteurs s'en sortent mieux : la pharmacie, l'industrie liée aux équipements et produits sanitaires, le commerce alimentaire ou en ligne.

Les pays du G20 devraient subir collectivement une contraction de 0,5% de leur Produit intérieur brut (PIB) cette année d'après Moody's. Aux États-Unis, elle sera de -2% et dans la zone euro de -2,2%. La Chine devrait croître de 3,3%, un rythme très faible pour ce pays, ajoute l'agence. Pour les États-Unis, Goldman Sachs prévoit une année 2020 à - 3,8% et Deutsche Bank la pire contraction pour l'économie américaine depuis "au moins la deuxième guerre mondiale".

En Europe, le ministre allemand de l'Économie a parlé de récession d'"au moins" 5% en 2020 en Allemagne et pour la France, Moody's prévoit -1,4%, tandis que Nuno Fernandes, professeur à l'IESE Business School, pronostique - 2% en 2020, sur un scénario de crise sanitaire achevée fin juin. Pour le Royaume-Uni, KPMG entrevoit une chute un peu plus sévère de 2,6%, mais qui pourrait atteindre le double si la pandémie dure jusqu'à la fin de l'été.

Chômage

Dans la zone euro, dotée d'une réglementation du travail plus protectrice, le cabinet Capital Economics s'attend à un bond du chômage à 12% d'ici la fin juin, "annulant sept années de gains en la matière", même si une embellie devrait suivre au deuxième semestre. Au Royaume-Uni et aux États-Unis, ces taux sont actuellement historiquement bas grâce au boom des emplois précaires de la "gig economy" (petits boulots).

Des employés portant des masques de protection contre le coronavirus sur une ligne d'assemblage à l'usine automobilie de Dongfeng Honda, le 23 mars 2020 à Wuhan, en Chine. Photo : AFP/VNA/CVN

Outre-Atlantique, où même les employés en contrat longs peuvent facilement être limogés, les économistes prévoient une augmentation vertigineuse des inscriptions au chômage : de 1 à 3 millions de personnes peut-être dès ce jeudi 26 mars. James Bullard, président de la Réserve fédérale de St Louis, a même dit dans un entretien à Bloomberg que le chômage pourrait s'envoler à 30% dans les mois à venir.

Inflation

L'épidémie de coronavirus fait planer beaucoup d'incertitudes sur l'évolution des prix, entre risques de dépression économique et de déflation si la demande s'écroule durablement, mais avec certaines pressions inflationnistes si les monnaies sont dévaluées, si l'on assiste à des pénuries, etc. Les taux d'inflation sont en tout cas pour l'instant faibles et généralement en deçà des objectifs des banques centrales, notamment au Royaume-Uni.

Dette

Au Royaume-Uni, Carl Emmerson, de l'Institute for Fiscal Studies (IFS), explique que la dette à près de 90% du PIB est actuellement élevée mais qu'elle a atteint "près de 260% après la deuxième guerre mondiale". Le déficit des comptes publics était il y a peu encore juste en dessous de 2% comme les Conservateurs en avaient fait leur règle budgétaire - et qu'il avait grimpé à 10% pendant la crise financière de 2008.

Dette et déficits devraient en tout cas être pour l'instant le cadet des soucis des gouvernants aux manettes, d'autant que les taux de financements sont historiquement bas, affirme Jonathan Portes, professeur d'économie à King's College London, interrogé par l'AFP. Ils semblent d'ailleurs, de Washington à Berlin, avoir pour l'instant remisé toutes les doctrines d'orthodoxie budgétaire en annonçant des plans de relance valant des milliers de milliards de dollars.

AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Vivre vert, nouveau mode de vie chez les jeunes Vietnamiens

Le tourisme vietnamien en bonne posture sur son marché national Depuis que la pandémie de COVID-19 a été maîtrisée au Vietnam, le secteur du tourisme, qui a été gravement touché par l’épidémie, a pris des mesures pour se relancer, dans un premier temps, sur le marché intérieur.