04/08/2021 12:57
Stress, dépression, anxiété, voire troubles émotionnels et mentaux... peuvent être aussi les conséquences causées par la pandémie de COVID-19. Elles touchent toutes les populations et tous les groupes d’âge, en particulier les personnes qui ont dû subir un isolement médical ou un traitement anti COVID-19.
>>Les collectivités de Hanoï s’engagent dans la lutte anti-COVID-19
>>Un hôpital de traitement du COVID-19 sera mis en place à Hanoï
>>COVID-19 : 3.578 nouveaux cas confirmés mardi matin 3 août

Des personnes viennent en consultation dans l'Hôpital psychiatrique de Hanoï.
Photo : HNM/CVN

"Le virus affecte non seulement les lésions pulmonaires, respiratoires mais aussi le cerveau. De nombreuses études réalisées aux États-Unis montrent que 30% des patients ont des séquelles mentales après avoir guéri", analyse le professeur, Dr Cao Tiên Duc, chef du service de psychiatrie à l’hôpital militaire 103. Le médecin ajoute que la plupart de cas évoluent vers une maladie chronique entraînant une diminution de la qualité de vie. 

Outre l’impact sur les patients infectés par le COVID-19, le contexte sanitaire et social cause en lui-même des difficultés psychologiques à de nombreuses personnes.

Éviter les situations stressantes

Selon Nguyên Viêt Chung, docteur au Département de santé mentale (Hôpital E), le contexte général de la pandémie déclenche souvent des épisodes d’anxiété voire de dépression.

"Un de mes patients était en train d’étudier à l’étranger quand la pandémie a éclaté. Ayant peur de tomber malade, il décida de rentrer au Vietnam. Mais une fois revenu parmi les siens au pays, il s’est mis à souffrir d’insomnie, d’anxiété, tout ceci généré par des sentiments de culpabilité et une peur pour son avenir. Aujourd’hui, après trois mois de suivi et de traitement, son état s’est amélioré ", a raconté -t-il.

Le docteur évoque un autre patient, une personne travaillant en tant que cadre dans une banque. Forcé de travailler en ligne, il s’est inquiété de l’efficacité au travail de ses employés et du risque d’être infecté.

D'après Dr Nguyên Viêt Chung, " il était si inquiet que cela a provoqué chez lui de l’hypertension artérielle, avec des symptômes tels que des bouffées vasomotrices, des palpitations cardiaques, des tremblements, des vertiges, des insomnies". Le patient a ainsi développé en peu de temps  un trouble anxieux, qui s’est aujourd’hui largement résorbé. 

Parmi les personnes souffrant de trouble psychologique liée à la pandémie, il ne faut pas oublier les enfants qui ont dû s’adapter à apprendre chez eux et n’ont pas eu de suivi psychologique, sauf par leurs parents qui ne sont pas qualifiés pour cela. Ainsi, selon le docteur Nguyên Van Tuân, directeur adjoint de l'Institut de santé mentale (Hôpital Bach Mai), "de nombreuses parents laissent leurs enfants utiliser trop souvent les ordinateurs et autres smartphones, ce qui peut conduire à des dépendance aux jeux ou à Internet".

Les médecins suggèrent tous de prendre conscience des effets stressants de la situation causée par la pandémie. Il faut ainsi prendre du temps pour se reposer. Selon le Dr Chung, "si l’on travaille à domicile, il est nécessaire de séparer la vie familiale et professionnelle en installant un espace de travail qu’on occupera seulement pendant les horaires de travail". En outre, il est nécessaire de manger sainement, de s’aérer régulièrement et de faire de l’exercice tous les jours.
 
Thao Nguyên/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Les artistes conjuguent leurs efforts pour préserver le chant xâm

Phu Quôc rouvrirait ses portes aux touristes internationaux Le ministère de la Culture, des Sports et du Tourisme a proposé un programme pilote d’accueil des visiteurs internationaux munis de passeports vaccinaux à Phu Quôc, province méridionale de Kiên Giang à partir d’octobre prochain, ce pour une durée de six mois.