24/06/2018 21:50
Le conseiller du président américain Donald Trump, Jared Kushner, qui effectue une tournée dans la région, s'est interrogé dimanche 24 juin sur la capacité mais aussi la volonté du président palestinien Mahmoud Abbas de faire des concessions en vue d'un accord de paix avec Israël.

>>Gaza: Israël frappe 25 objectifs en riposte à des tirs de roquettes
>>Israël lance neuf raids aériens sur Gaza
>>Gaza: raids aériens israéliens contre neuf cibles du Hamas
 

Jared Kushner (centre), conseiller et gendre du président américain Donald Trump, le 14 mai 2018 lors de l'inauguration de l'ambassade américaine à Jérusalem. Photo : AFP/VNA/CVN


Dans une rare interview, accordée au journal palestinien Al-Qods, le gendre de Donald Trump a réaffirmé la volonté des États-Unis de relancer le processus de paix israélo-palestinien, avec ou sans les Palestiniens à la table des négociations.
 

Depuis le 19 juin, M. Kushner a rencontré différents dirigeants régionaux, dans le cadre d'une discrète tournée effectuée en compagnie de l'émissaire spécial de Donald Trump pour le Moyen-Orient, Jason Greenblatt. Aucune rencontre n'est toutefois prévue avec les responsables palestiniens.
 

L'Autorité palestinienne a gelé depuis plusieurs mois les contacts avec Washington, fustigeant l'administration Trump, qu'elle juge outrancièrement pro-israélienne.


"Le président (Mahmoud) Abbas dit qu'il est attaché à la paix et je n'ai aucune raison de ne pas le croire", a déclaré Jared Kushner dans cette interview à Al-Qods. "Cependant, je me demande dans quelle mesure le président Abbas a la capacité ou la volonté de s'engager afin de conclure un accord".
 

"Il discute des mêmes points depuis 25 ans. Aucun accord de paix n'a été conclu pendant cette période", a-t-il ajouté.


Selon M. Kushner, "afin de parvenir à un accord, les deux parties devront faire un pas en avant et se retrouver à mi-chemin de leurs positions officielles. Je ne suis pas sûr que le président Abbas soit en mesure de faire cela".
 

Jared Kushner et Jason Greenblatt ont rencontré vendredi 22 juin le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu pour discuter "des moyens de faire avancer le processus diplomatique" mais aussi "de la situation sécuritaire et humanitaire à Gaza", selon le bureau du Premier ministre.


Ils se sont revus une deuxième fois samedi soir "pour poursuivre leurs discussions", a indiqué la Maison Blanche.


Les deux responsables américains se sont aussi rendus en Jordanie, en Arabie Saoudite et en Égypte.
 

Les contacts sont en revanche gelés entre les Palestiniens et les autorités américaines depuis la reconnaissance par l'administration Trump de Jérusalem comme capitale d'Israël, en décembre dernier.
 

Les Palestiniens considèrent Jérusalem-Est comme leur future capitale, insistant sur le fait que le statut de la ville doit être négocié dans le cadre d'un accord de paix, comme le préconise la communauté internationale.
 

Le porte-parole de la présidence palestinienne, Nabil Abou Roudeina, a estimé que les efforts américains, qui "ignorent" les positions palestiniennes sur des questions telles que Jérusalem, la création d'un État palestinien et les réfugiés, étaient voués à l'échec.


Après son arrivée à la Maison blanche en janvier 2017, Donald Trump a chargé Jared Kushner de formuler un plan en vue de parvenir à un "accord ultime" entre Israël et les Palestiniens.


Au journal Al-Qods, Jared Kushner a affirmé que ce plan, dont aucun détail précis n'a filtré, était "presque prêt", et qu'il pourrait être présenté sans le consentement des Palestiniens.
 

"Si le président Abbas est prêt à revenir à la table (des négociations), nous sommes prêts à discuter, sinon nous publierons probablement le plan", a-t-il dit.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï

Le développement du tourisme Actuellement, le tourisme intelligent constitue une tendance inéluctable au Vietnam. Ce type de voyage recourt à l’application des technologies de l’information et de la communication à son essor et attache les intérêts des voyageurs à ceux de l’administration et des entreprises.