09/06/2022 17:50
La plupart des États membres du Conseil des gouverneurs de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) ont voté pour une résolution dénonçant un manque d'explications de l'origine des particules d'uranium présentes sur trois sites iraniens non-déclarés.
>>Le Vietnam à la réunion périodique du Conseil des gouverneurs de l'AIEA
>>Nucléaire iranien : un accord est proche si les États-Unis agissent de manière "logique"

Le directeur général de l'AIEA, Rafael Grossi (gauche), à l'ouverture du Conseil des gouverneurs de l'AIEA, le 6 juin à Vienne.
Photo : AFP/VNA/CVN

"Le Conseil des gouverneurs de l'AIEA a adopté une résolution sur l'Iran, promue par l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et les États-Unis. Trente gouverneurs ont voté pour, deux (la Russie et la Chine) contre, trois (l'Inde, la Libye et le Pakistan) se sont abstenus. Autrement dit, les pays représentant plus de la moitié de l'humanité n'ont pas soutenu cette résolution", a écrit sur Twitter Mikhaïl Oulianov, représentant permanent de la Russie auprès des organisations internationales à Vienne.

Le projet de résolution susmentionné a été présenté mardi 7 juin au Conseil des gouverneurs de l'AIEA. Mikhaïl Oulianov a dès le début annoncé que la Russie ne soutiendrait pas cette initiative. Le ministère iranien des Affaires étrangères a quant à lui précisé que l'adoption de cette résolution torpillerait les négociations sur le rétablissement de l'accord nucléaire.

L'Iran appelé à coopérer avec l'AIEA
 
L'Union européenne et les États-Unis ont appelé les autorités iraniennes à coopérer avec l’AIEA pour clarifier l'origine des particules d'uranium présentes sur les trois sites litigieux, est-il indiqué dans les déclarations faites mercredi 8 juin par les délégations de l'UE et des États-Unis.

"Nous exhortons l'Iran à coopérer pleinement avec l'AIEA afin que l'agence puisse fournir les garanties nécessaires que le programme nucléaire iranien est exclusivement pacifique", est-il souligné dans un communiqué de la délégation de l'UE. "Les États membres de l'UE soutiennent fermement la résolution promue par la France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et les États-Unis et appellent les autres membres du Conseil à la soutenir."

"Il est essentiel que l'Iran fournisse à l'AIEA toutes les informations et tous les documents jugés nécessaires par l'AIEA pour clarifier et résoudre ces questions", dispose le document. L'ambassadrice américaine Laura Holgate a souligné que la résolution ne visait pas à intensifier la confrontation avec l'Iran à des fins politiques.

Le directeur général de l’AIEA, Rafael Grossi, a noté lundi 6 juin que l’Iran n’était pas jusqu’à présent en mesure de fournir à l'agence des informations fiables sur l'origine des particules d'uranium présentes sur les trois sites litigieux. À cet égard, il a qualifié de non-réglées les questions des garanties nucléaires de l’AIEA liées à ces objets.

Comme l’a noté Rafael Grossi, l’AIEA ne s’attend pas à ce que la coopération avec l’Iran sur les questions litigieuses soit réduite en raison de la discussion de la résolution au Conseil des gouverneurs de l’agence.
 
TASS/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le lotus impérial cultivé dans la cour d’une maison centenaire à Hanoï

Coopération touristique pour une reprise rapide et un développement durable Le Forum de coopération du tourisme vietnamien 2022, intitulé "Croissance du tourisme international et reprise complète du tourisme vietnamien", se tient les 8 et 9 août à Hô Chi Minh-Ville.