21/10/2021 11:08
Le Conseil de sécurité des Nations unies s'est réuni en urgence à huis clos le 21 octobre un jour après que l'Agence centrale de presse coréenne (KCNA) avait confirmé que la République populaire démocratique de Corée avoir testé un missile balistique lancé par sous-marin.
>>La RPDC teste un nouveau missile balistique tiré depuis un sous-marin
>>La RPDC lance un missile balistique non identifié en direction de la mer de l'Est, selon Séoul

Des images publiées par la KCNA montrant le lancement d’un missile balistique depuis un sous-marin par Pyongyang, le 19 octobre.
Photo : Yonhap/VNA/CVN

Des sources diplomatiques ont fait savoir qu’aucun membre du Conseil de sécurité n’avait proposé de publier une déclaration conjointe après la réunion.

Les trois membres permanents du Conseil de sécurité - les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France - ont indiqué qu’ils pousseront, dans un proche avenir, à faire appliquer plus sérieusement les sanctions contre Pyongyang, alors que deux membres permanents restants - la Chine et la Russie, n’ont pas fait de déclaration.

L’ambassadrice Linda Thomas-Greenfield, cheffe de la Mission des États-Unis auprès des Nations unies, a appelé mercredi 20 octobre la République populaire démocratique de Corée, à éviter les provocations et à engager un dialogue de fond.

Elle a affirmé que les États-Unis sont prêts à négocier avec la République populaire démocratique de Corée sans conditions préalables et n’ont aucune intention hostile à l’égard de Pyongyang.

En vertu des Résolutions du Conseil de sécurité, Pyongyang est interdit de développer des armes nucléaires et des missiles balistiques, et est également soumis à de nombreuses sanctions.

Les pays européens membres du Conseil de sécurité - l’Irlande, l’Estonie et la France - ont publié une déclaration commune condamnant les essais de missiles balistiques de la République populaire démocratique de Corée et appelant la communauté internationale à faire appliquer sérieusement ces sanctions.

S’entretenant avec l’Agence Vietnamienne d’Information (VNA) à l’issue de la réunion, le représentant du Vietnam a déclaré qu’en tant que membre du Conseil de sécurité, le Vietnam partage les préoccupations d’autres pays concernant le test de missile de mardi 19 octobre.

Le Vietnam a appelé les parties concernées à s’abstenir de prendre des mesures de nature à exacerber les tensions dans la péninsule coréenne, et a également souligné l’importance de la reprise du dialogue et des négociations le plus rapidement possible.

Il a réitéré à nouveau sa politique cohérente de soutien au désarmement et à la non-prolifération des armes nucléaires pour parvenir à l'élimination totale de ces armes, affirmant toujours mettre en œuvre sérieusement ses obligations liées aux traités internationaux et aux résolutions du Conseil de sécurité.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le concours "Jeunes Reporters Francophones 2021" couronné de succès

Des circuits au départ et à destination des Des circuits de visite sont organisés depuis novembre par Saigontourist Travel. Les programmes amènent les voyageurs dans des localités non infectées par le COVID-19, dans le Sud mais aussi le Nord du pays.