11/07/2020 09:54
Après la difficile période du COVID-19, de nombreuses familles reconsidèrent le choix d’une école convenable pour leurs enfants, en particulier celles dotées d’un budget conséquent. Les établissements internationaux et bilingues ont toujours autant la cote.
>>L’École des technologies de l’information et des communications voit le jour
>>L’Université de Trà Vinh répond à plusieurs normes internationales de qualité
>>Deux universités vietnamiennes parmi les 1.000 meilleures du monde

Une école bilingue de haute qualité peut aider les élèves à rester en sécurité au Vietnam, tout en réduisant considérablement les frais d’études.
Photo : VNA/CVN

Pour la nouvelle année scolaire 2020-2021, Hô Chi Minh-Ville prévoit d’accueillir plus de 200.000 élèves de tous les cycles d’enseignement. L’année dernière, pour le seul cycle du secondaire, plus de 80.000 élèves de la ville avaient participé au concours d’entrée aux lycées. 

Le programme d’enseignement général du Vietnam est divisé en trois degrés : primaire de la 1re à la 5e classe, secondaire de base de la 6e à la 9e classe, et secondaire de la 10e classe au baccalauréat.

Un choix lucide dans un contexte difficile

Comme la nouvelle année scolaire approche, des dizaines de milliers de parents et d’élèves s’activent dans le choix d’une école. En dehors des écoles publiques, la mégapole du Sud compte plus d’un millier d’établissements privés ou internationaux, de la maternelle au lycée, répondant aux besoins diversifiés des parents en termes de coût et de programmes d’enseignement. Les écoles internationales sont le premier choix des familles aux revenus élevés.

Actuellement, le Vietnam se trouve 4e en Asie et 13e dans le monde en termes de cherté des écoles internationales. Le résultat d’une enquête réalisée en 2019 auprès de 688 établissements internationaux de 27 pays et territoires par la société Expat Finder - spécialisée dans la fourniture d’informations et de services de soutien des  voyages à l’étranger.

Concrètement, pour l’année scolaire 2018-2019, les frais de scolarité des écoles internationales étaient de 17.900 USD par an (soit 420 millions de dôngs), juste derrière la Chine, Singapour...

Cependant, la pandémie de COVID-19, qui ne cesse d’évoluer dans le monde entier, affecte les revenus des familles qui doivent réduire au maximum leurs dépenses.

En plus, un certain nombre d’entre elles considèrent qu’envoyer leurs enfants étudier à l’étranger n’est plus la meilleure option compte tenu des risques sanitaires élevés.

L’enseignement général est un long processus que les parents doivent bien peser car les frais de scolarité des écoles internationales de Hô Chi Minh-Ville varient entre 3 et 8 milliards de dôngs pour tout le cursus, de la maternelle au baccalauréat.

Les écoles bilingues ont la cote

La mégapole du Sud compte plus d’un millier d’établissements privés ou internationaux, de la maternelle au lycée. Photo : CTV/CVN

Au Vietnam, le programme d’éducation international se divise en deux types : programme international complet et celui bilingue. Ces deux derniers sont élaborés selon les critères d’éducation des pays développés comme États-Unis, Royaume unis, Australie.

Actuellement, de nombreux étudiants à l’étranger choisissent de retourner dans leur pays d’origine, car leurs lycées et  universités sont fermées et les parents se tournent progressivement vers le modèle bilingue au lieu de celui international complet, le considérant comme la meilleure solution dans l’actuelle conjoncture compliquée et incertaine.

Par exemple, comme programme bilingue, on peut citer celui de Cambridge qui est enseigné à la BIS (Bristish International School) et à la VAS (Vietnam Australia Interational School).

Ces deux établissements appartenant officiellement à Cambridge appliquent un même programme évalué par le Cambridge International Gas Examinations Council (CAIE), avec à la sortie le même certificat AS/A Level (General Certificate of Education Advanced Level).

Les frais de scolarité à la VAS ne représentent que la moitié ou les deux tiers de ceux à la BIS. Concrètement, les frais de scolarité pour l’enseignement primaire et secondaire de la première sont de 495 à 730 millions de dôngs pour l’année scolaire 2020-2021, contre 209 à 477 millions de dôngs pour la seconde. De plus, les élèves de la VAS, qui suivent des programmes CAP (Secondary Cambridge Academic Program), peuvent fréquenter les universités vietnamiennes.

Les bases matérielles et le programme d’éducation de ces deux modèles sont assez similaires mais les activités parascolaires, la formation réservée aux élèves doués, l’enseignement des “soft skills”  sont plus diversifiés à la VAS. Les élèves peuvent valoriser au maximum leurs potentiels et acquièrent une riche expérience par le biais d’activités communautaires.Tout cela leur permet de mieux s’adapter à de nouveaux environnements d’apprentissage ou de décrocher plus facilement  des bourses d’études.

La  plupart des parents vietnamiens veulent voir leurs enfants étudier dans un environnement bilingue. Cela les assure quant à la crainte que leurs enfants perdent leur langue maternelle et leur histoire culturelle s’ils  sont exposés à un environnement exclusif anglophone.

Dans cette nouvelle conjoncture internationale, une école bilingue de haute qualité avec des diplômes reconnus mondialement peut aider les élèves à rester en sécurité au Vietnam, tout en réduisant considérablement les frais d’études. La VAS est l’une des écoles à participation étrangère classées en tête à Hô Chi Minh-Ville en termes d’envergure et d’ancienneté. Elle compte 9.500 élèves de la maternelle à la 12e année, répartis dans  sept établissements et avec près de 1.000 enseignants qualifiés.
Huong Linh/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une expérience inoubliable pour les étudiants francophones au Vietnam

Kiên Giang voit une augmentation des arrivées touristiques en juillet La province de Kiên Giang (Sud) a accueilli près d'un million de visiteurs en juillet, soit une augmentation de 75,3% par rapport au mois précédent.