11/02/2019 23:02
Le chef du Pentagone par intérim Patrick Shanahan est arrivé lundi matin 11 février à Kaboul afin d'évaluer la situation en Afghanistan d'où le président Donald Trump veut retirer les forces américaines après 17 ans de guerre.
>>Le Pentagone identifie un second soldat mort en deux jours en Afghanistan
>>Trump signe le budget 2019 du Pentagone et défend sa Force de l'espace

Le chef du Pentagone par interim Patrick Shanahan (premier plan, 2e à droite) arrive à Kaboul le 11 février. Photo: AFP/VNA/CVN

Au cours de cette visite surprise, M. Shanahan aura des entretiens avec le président afghan Ashraf Ghani ainsi qu'avec le commandant en chef des forces américaines stationnées en Afghanistan, le général Scott Miller.

Il souhaite rassurer le gouvernement afghan sur les négociations de paix en cours avec les talibans, que Washington mène depuis l'été directement avec les insurgés.

"Il est important que le gouvernement afghan soit impliqué dans des discussions qui concernent l'Afghanistan", a indiqué M. Shanahan dans l'avion l'acheminant de Washington à Kaboul.

"Les États-Unis ont investi de façon importante, très importante, dans la sécurité (de l'Afghanistan) mais ce sont les Afghans qui doivent décider de leur avenir", a-t-il précisé aux journalistes l'accompagnant.

Donald Trump a promis durant sa campagne de mettre fin à ce conflit qui a tué des milliers de civils afghans et 2.400 soldats américains, ou en tout cas de retirer ses troupes. Une intention réitérée mardi dernier 5 février lors de son discours annuel sur l'état de l'Union devant le Congrès américain.

En décembre, des responsables américains avaient même fait savoir que le locataire de la Maison Blanche avait déjà décidé de rapatrier la moitié des 14.000 soldats américains déployés en Afghanistan.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Bac Hà, une destination au fort potentiel

Hô Chi Minh-Ville redémarre ses circuits fluviaux Les trajets fluviaux sur la rivière Saigon ont repris depuis quelques jours, permettant aux citadins de s’aérer l’esprit à la réserve de Cân Gio. Plusieurs autres itinéraires s’ouvriront dans les prochaines semaines.