12/12/2018 08:56
Au lendemain de l'allocution télévisée du président français Emmanuel Macron suivie par 23 millions de Français, le Premier ministre Édouard Philippe a défendu, mardi 11 décembre, devant les députés, les mesures annoncées par le chef d'État destinées à apaiser la colère des "gilets jaunes" qui manifestent depuis le 17 novembre dans l'Hexagone.
>>Macron tente de calmer la colère, réactions des "gilets jaunes"
>>"Gilets jaunes": perte de 0,1 point de croissance pour la France au 4e trimestre

Les "gilets jaunes" à Paris, le 1er décembre. Photo: Xinhua/VNA/CVN

"Le président de la République a entendu la colère qui s'exprime et a apporté les réponses qui s'imposaient", a déclaré le chef du gouvernement français à l'Assemblée nationale lors d'une séance de questions au gouvernement. Les annonces de M. Macron la veille, chiffrées à environ 10 milliards d'euros, sont des mesures "massives" financées par l'État pour que "le travail paie", a fait remarquer M. Philippe.

Lundi soir 10 décembre, dans une allocution radio-télévisée très attendue, le président Macron a cherché à apaiser la colère des "gilets jaunes" qui manifestent depuis trois semaines à travers le pays. Il a notamment annoncé que le salaire des travailleurs au SMIC augmenterait de "cent euros par mois sans qu'il en coûte un euro de plus pour l'employeur".

"Les 100 euros de plus (net) pour le SMIC correspondent à une prime d'activité de 80 euros et une baisse des charges de 20 euros", a expliqué l'Élysée. Cette décision revient à accélérer la mise en œuvre de la promesse présidentielle de faire grimper à 80 euros la prime d'activité.

"Quand a-t-on augmenté le SMIC d'un niveau de 100 euros? Avez-vous un exemple récent? Nous voulons aller beaucoup plus loin, beaucoup plus fort et beaucoup plus vite", a plaidé Édouard Philippe. "Notre objectif n'est pas d'en rester à ceux qui bénéficient aujourd'hui de la prime d'activité (...), c'est d'essayer de faire en sorte que par une meilleure organisation des choses, par une meilleure mobilisation de l'argent public, l'ensemble de ceux qui sont rémunérés au SMIC, puissent bénéficier de cette augmentation", a-t-il dit.

Alors que la Commission européenne a d'ores et déjà fait savoir qu'elle surveillerait l'impact des mesures annoncées sur le déficit de la France, le Premier ministre a déclaré: "Nous sommes en train de préparer un choc fiscal sur le travail, l'accélération de la réduction d'impôts et des taxes, de façon à ce que le travail paye. Cela implique forcément des conséquences en termes de déficit. (...) Ce à quoi nous serons extrêmement attentifs, c'est l'évolution de la dépense publique (...). Il n'y aura pas d'accélération ou d'augmentation de la dépense publique".

M. Philippe a aussi rappelé l'exemption de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2.000 euros par mois, qui concernera désormais selon lui 70% des retraités, les heures supplémentaires défiscalisées et l'appel aux entreprises à verser une prime de fin d'année sans impôt ni charges.

Selon les premiers sondages, le soutien des Français au mouvement des "gilets jaunes" a reculé mais reste important, autour de 50% des sondés. Malgré les annonces du président Macron, des "gilets jaunes" poursuivaient mardi 11 décembre leurs opérations de blocages et manifestations sur des ronds-points et axes routiers. 

Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le pont Long Biên, un des monuments historiques inoubliables de Hanoï.

Le parc floral de Hô Tây, une destination prisée à Hanoï D’une superficie de 7.000 m², le parc floral de HôTây, dont les espèces varient au gré des saisons, attire de nombreux Hanoïens mais aussi des visiteurs de tous les coins du Vietnam.