09/10/2018 16:37
Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres a appelé lundi 8 octobre à agir de toute urgence dans le domaine climatique suite à un rapport du Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), qui préconise de maintenir le réchauffement climatique dans la limite de 1,5 degré.
>>Discussion rare à l'ONU sur l'influence du climat sur les conflits
>>Climat: l'ONU appelle à agir avant qu'il ne soit trop tard

Le réchauffement climatique entraîne une aggravation des périodes de sécherresse. Photo: AFP/VNA/CVN

Le rapport a notamment montré qu'un réchauffement limité à 1,5 degré, plutôt qu'aux 2 degrés exigés par l'Accord de Paris, apporterait des bénéfices évidents aux populations et aux écosystèmes.

"Ce rapport rédigé par les plus éminents spécialistes mondiaux du climat est un cri d'alarme assourdissant pour le monde entier. Il confirme que le changement climatique est plus rapide que nous, et que le temps presse", a déclaré M. Guterres dans un communiqué. Les scientifiques ont dépeint "le tableau le plus frappant que nous ayons jamais eu des différences entre une élévation de température d'1,5 degré et une de 2 degrés", a-t-il affirmé.

"Un demi-degré de réchauffement représente un monde de différence", a ajouté M. Guterres. Se contenter d'un objectif moins ambitieux de 2 degrés signifierait davantage de vagues de chaleur pour des dizaines de millions de personnes, de plus importantes disparitions d'espèces, une pénurie accrue d'eau dans certaines des régions les plus instables du monde, une multiplication par dix du nombre d'étés sans glace dans l'Arctique, et une destruction complète des récifs coralliens de la planète, a indiqué M. Guterres.

L'objectif le plus ambitieux exige cependant une action urgente pour réduire de moitié les émissions de carbone d'ici 2030, et atteindre zéro émission en 2050, a-t-il précisé. "Cela nécessitera des changements sans précédents dans tous les aspects de la société, notamment dans des secteurs clé comme les terres, l'énergie, l'industrie, la construction, les transports et l'urbanisme", a-t-il souligné.

Plus précisément, il est nécessaire de mettre fin à la déforestation et de planter des milliards d'arbres, de réduire considérablement l'utilisation des combustibles fossiles, d'éliminer progressivement le charbon d'ici 2050, d'accélérer l'installation de dispositifs d'énergie éolienne et solaire, d'investir dans une agriculture durable respectueuse du climat, et d'envisager de nouvelles technologies comme le captage et le stockage du carbone, a-t-il indiqué.

La Conférence des Nations unies sur le climat (COP 24) qui se tiendra en décembre à Katowice, en Pologne, n'aura pas droit à l'erreur. La communauté internationale devra impérativement en ressortir avec des directives d'une importance vitale pour la mise en oeuvre de l'Accord de Paris, a déclaré M. Guterres.

"J'appelle tous les pays à faire de la Conférence sur le climat de Katowice une réussite, à tenir compte des conseils des plus grands scientifiques du monde, à se montrer plus ambitieux, à renforcer rapidement leurs plans d'action nationaux pour le climat, et à accélérer d'urgence la mise en oeuvre de l'Accord de Paris", a-t-il ajouté. "Nous devons relever le défi de l'action pour le climat, et faire ce que la science exige avant qu'il ne soit trop tard", a-t-il averti. 

Xinhua/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’ancien ambassadeur de France et son amour spécial pour Hanoï

Bà Ria-Vung Tàu mise sur ses fêtes pour séduire plus Depuis 300 ans, la station balnéaire de Bà Ria-Vung Tàu occupe une place particulière dans le Sud du Vietnam. Dotée de paysages naturels exceptionnels et d’un riche patrimoine culturel et historique, le tourisme est un secteur économique majeur de cette province.