27/11/2018 16:48
Depuis plus de 20 ans, Bùi Thi Là fait quasiment partie de la rue Lý Quôc Su. Deux décennies déjà, qu'elle vend un des meilleurs cháo suon (bouillie de riz aux côtelettes de porc) de Hanoï.
>>Les bols de porridge aux palourdes enchantent Hanoï
>>Chao suon sun, une spécialité pour temps de chien

Cháo suon de Mme Là est un aliment populaire pour les Hanoïens.

La plupart  des vendeurs de cháo suon se concentrent autour de sites très fréquentés de la capitale, tels que la cathédrale Saint-Joseph de Nhà Chung ou  Ngo Huyên, mais si vous regardez attentivement, à l'angle de l'intersection avec la rue Hàng Bông, vous découvrirez un beau petit tableau: une femme, 60 ans, avec une petite boutique de bouillie de riz sur le trottoir de la rue Ly Quôc Su.  

Comment un bol avec des ingrédients aussi simples que du porridge, des côtelettes de porc et de la viande râpée salée peut-il être aussi bon?

Il n’y a pas de réponse, car la cuisine est un art, il n’y a qu’un endroit le pour ressentir,  une sensation qui peut nous venir du passé. Pour les Vietnamiens nés pendant la guerre en une époque de pauvreté, un bol de porridge reste un symbole de soin, d'amour et de bonheur. Aussi, quels que soient les changements du pays, le porridge sera toujours un plat qui marque.

Ce sont les petits détails qui font que ce plat, de riz, côtes de porc et viande râpée salée tous ingrédients simples, permettent à un chef méticuleux de créer quelque chose de merveilleusement bon.

Un bol de cháo suon délicieux avec du quây.

''Ce qui est important est la sélection du riz. J’ai choisi le riz Khang Dân. Ce riz, cuit à la vapeur, ne peut pas devenir un riz très délicieux mais c’est parfait pour la fabrication de porridge. Pour rendre la pâte de riz douce et facile à mélanger, je dois la faire tremper dans de l'eau fraîche la veille, puis je me lève le lendemain à 04h00 du matin, je la sors et la mélange avec le bouillon d'os de porc qui est cuit à la vapeur avec l'os lui-même. Tout le processus de cuisson me prend trois heures chaque matin'', a expliqué Mme Là à propos de sa technique.

Bien que la cuisson puisse être simple, la préparation prend beaucoup de temps. Comme le riz est trempé dans l’eau une nuit avant, il est facile de le transformer en pâte et, avec la saveur douce du bouillon aux os, il est délicieux, gras et sain.

En ajoutant du porc effiloché, le bol devient plus salé pour que le goût dure plus longtemps, avec du quây chaud (bâtonnets de pain chinois) qui est croquant et gras.

Si la cuisine est un art, les convives sont le public. Chaque artiste a besoin du soutien du public. ''Je mange du cháo suon de Mme Là depuis plus de 10 ans, sa bouillie est la meilleure de la vieille ville pour moi. Je me souviens encore lorsqu'elle était installée à 43 Ngo Huyên, puis elle a cessé d'en vendre pendant neuf mois. Nous étions vraiment inquiets de ce qui n'allait pas pour elle et nous manquions terriblement de son porridge. Il est tellement bon qu’elle a recommencé à le vendre'', a dit la Hanoïenne Lê Huong Hiên.

''C’est vraiment dommage que si peu d’étrangers goûtent ce met génial, surtout qu’il est servi au beau milieu du vieux quartier, près de la rue Ngo Huyên. C'est gras, doux, chaud, salé et brillant'', a déclaré un touriste .
 
Bui Thi Là à la rue Lý Quôc Su.

Pour créer un art, il faut du talent, mais pour le conserver, il faut de la passion et des cuisiniers. ''Je me lève toujours à 04h00 tous les jours depuis ces 20 dernières années. Beaucoup de gens pensent que c’est très simple et que la pâte de riz doit seulement être mélangée avec un bouillon d’os et c’est tout. Mais tout doit être fait méticuleusement, vous devez porter une attention particulière à chaque processus. Vous ne pouvez pas obtenir un délicieux bol de porridge uniquement en le faisant bouillir et en le laissant ensuite là-bas'', a déclaré Mme Là.

Et sa famille la suporte toujours. ''Pour aider ma mère à vendre plus de bouillie, j’ai créé une page facebook ''Cháo Suon Cô Là'' à des fins de vente et de marketing en ligne. Je suis ainsi un prescripteur pour ma mère. Je fais de mon mieux tous les jours pour l’aider, car nous sommes une famille et je comprends à quel point sa vie est difficile'', a déclaré Lan Anh, la fille de de Mme Là.

Cette histoire ne se limite pas à une nourriture délicieuse. Il s’agit aussi de l’amour de la famille qui nous aide à ne pas oublier de chérir.

Texte et photos: Diêu Thuy/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Quy Nhon, miracle de la nature J’adore les voyages et souhaiterais découvrir le monde en dehors des manuels et théories que j’ai appris à l’école. Voulant faire de ma vie une véritable aventure, j’ai commencé le récit de mon voyage, durant l’été 2018, à Quy Nhon (province de Binh Dinh, Centre).