15/09/2018 18:37
Un centre de cybersécurité a été inauguré le 14 septembre en Thaïlande pour former le personnel des pays membres de l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN) à la lutte contre les cybermenaces dans les régions exposées aux attaques.
Rencontre entre les ministres de l’ASEAN et du Japon sur la création du Centre de cybersécurité, en novembre 2017.
Photo: positionmag/CVN

L’idée de la création du Centre de renforcement des capacités de cybersécurité ASEAN-Japon a été avancée lors d’une réunion entre les ministres de l’ASEAN et du Japon au Cambodge l’an dernier.

Environ 700 agents de cybersécurité de dix pays membres de l’ASEAN devraient être diplômés des programmes conçus au Japon, notamment la cyberdéfense, la criminalistique numérique et l’analyse des logiciels malveillants.

Les pays membres de l’ASEAN sont confrontés à des cybermenaces plus sophistiquées, alors que le personnel de la cybersécurité est encore insuffisant, a déclaré Surangkana Wayuparb, directeur exécutif de l’Agence thaïlandaise de développement des transactions électroniques, où le centre est situé.

En juillet, Singapour a subi sa pire attaque cybernétique lorsque des pirates informatiques ont dérobé des informations personnelles d’environ 1,5 million de personnes, dont le Premier ministre Lee Hsien Loong, dans une base de données gouvernementale sur la santé.

Au début de cette année, la Malaisie a annoncé qu’elle avait déjoué une tentative de cyberattaque visant sa banque centrale.

La Thaïlande élabore actuellement des projets de loi sur la cybersécurité et la protection des données, qui devraient entrer en vigueur d'ici la fin de l'année.
 
VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’enseignement de français aux écoles supérieures au Vietnam

Quang Ninh: Câm Pha donne la priorité au secteur touristique Câm Pha, entourée par les deux villes de Ha Long et Vân Dôn dans la province Quang Ninh (Nord), connaît une forte croissance économique. Pour mieux exploiter ses potentiels dans le secteur de "l’industrie sans fumée", la ville a proposé des mesures pour améliorer des qualités des services.