10/08/2020 23:51
Le Cambodge a donné le feu vert à un projet de culture de plantes médicinales de la société chinoise Khmer Holding Group (KHG), selon le ministère cambodgien de l'Agriculture, des Forêts et de la Pêche.
>>Libre-échange : conclusion des négociations de l’accord Cambodge - Chine
>>Le Cambodge et la Chine utiliseront leurs monnaies nationales dans le commerce de riz

Le ministre cambodgien de l'Agriculture, des Forêts et de la Pêche, Veng Sakhon. Photo : Phnom Penh Post/CVN

Le projet de culture de plantes médicinales de la société chinoise Khmer Holding Group (KHG), qui comprendra la construction d’un institut de recherche et d’un système d'extraction et de raffinage des principes actifs des plantes, devrait créer des emplois locaux tout en réduisant la dépendance du Cambodge à l’égard des importations.

Lors de la réunion tenue la semaine dernière avec les représentants de KHG, le ministre cambodgien de l'Agriculture, des Forêts et de la Pêche, Veng Sakhon, a conseillé à la société chinoise d'étudier l'emplacement et la taille des terres nécessaires à la culture et à la transformation de ces plantes médicinales.

Il a également demandé à KHG de créer un groupe de travail technique en coopération avec l'Administration forestière et la Direction générale de l'agriculture du Cambodge pour étudier la possibilité de coopérer avec les communautés forestières et agricoles locales.

Le groupe ferait également des recherches sur des sociétés disposant de concessions foncières économiques qui n'ont pas été développées pour voir si elles pourraient être des partenaires viables du projet.

Le représentant de KHG, Cao Yunde a déclaré que son entreprise avait accepté la recommandation de Sakhon de préparer une feuille de route avant de signer un protocole d'accord.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Thuân An, une paisible plage de Huê La ville de Huê est non seulement célèbre pour sa citadelle et ses tombeaux royaux, mais aussi pour ses longues plages sauvages. Rares sont ceux qui connaissent celle de Thuân An, dont l’atmosphère paisible ne laisse pourtant personne indifférent.