26/07/2020 11:20
Dans les villages des Gie Triêng à Kon Tum (hauts plateaux du Centre), on remarque souvent des tas de bûches à l’abri devant les maisons. C’est en fait le "bois de fiançailles" des jeunes filles.
>>L'apiculture durable des Gie Triêng de Quang Nam

Selon la tradition, à l’âge de 15 ans, les filles Gie Triêng doivent aller chercher du bois dans la forêt pour pouvoir "enlever leur futur mari". C’est avec ce bois qu’elles trouveront leur homme. Avant qu’elles ne partent, leur mère leur explique le type de bois qu’elles devront couper. Plus les bûches sont nombreuses, belles et homogènes, plus l’amour du futur couple sera solide.

Les Gie Triêng jugent l’habileté d’une fille à la beauté de son "bois de fiançailles". Elle doit couper chaque bûche en cinq morceaux qui - et c’est essentiel - doivent rester liés les uns aux autres, comme les cinq pétales d’une fleur. Ces bûches d’amour feront partie de sa dot, l’un des cadeaux qu’elle offrira à ses futurs beaux-parents pour qu’ils se réchauffent l’hiver.

Cette coutume revêt une grande signification : elle représente l’assiduité des femmes Gie Triêng, tout en symbolisant l’amour des couples.
 
Texte et photos : Cao Nguyên/DTMN/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une expérience inoubliable pour les étudiants francophones au Vietnam

L'île de Phu Quôc développe une agriculture écologique liée au tourisme Le district insulaire de Phu Quôc, province de Kiên Giang (Sud), est déterminé à développer un modèle de production agricole écologique associé aux services et au tourisme afin de créer plus de produits touristiques d'ici 2025 et à l'horizon 2030.