27/07/2020 17:42
Depuis le déclenchement de la pandémie de coronavirus, le silence règne dans les clubs de techno berlinois. Le plus prestigieux - et sulfureux - d'entre eux, le Berghain, a pu rouvrir le temps d'une exposition sonore inédite. Pas pour danser, juste pour écouter.
>>Loin du Lido ou du Moulin rouge, strass et paillettes brillent dans les cabarets de province
>>À Bordeaux, musique et vin jouent avec Bacchus le temps d'une expo

Des visiteurs assistent à une exposition sonore inédite au Berghain, le prestigieux temple de la techno, le 24 juillet à Berlin.
Photo : AFP/VNA/CVN

"On écoute, on ressent, on peut fermer les yeux, on peut aussi les ouvrir, et on voyage derrière les sons dans la salle", déclare l'artiste Carsten Seiffarth, créateur de la galerie "singuhr projekte" à l'origine du projet.

L'exposition se tient jusqu'au 2 août dans l'immense Hall Kessel avec ses plafonds de 20 mètres de haut, derrière les salles de danse du club abrité dans une ancienne centrale électrique désaffectée.

Le public peut y errer en écoutant onze compositions d'une cinquantaine de minutes au total, où se mêlent bruits de ville, d'hélicoptères, sifflements, craquements, murmures, le tout diffusé via 24 enceintes dissimulées dans l'architecture des lieux.

Coronavirus oblige, pas plus de 50 personnes ne peuvent y entrer à la fois, si bien que de longues files d'attente se forment régulièrement devant le hall. 
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Thuân An, une paisible plage de Huê La ville de Huê est non seulement célèbre pour sa citadelle et ses tombeaux royaux, mais aussi pour ses longues plages sauvages. Rares sont ceux qui connaissent celle de Thuân An, dont l’atmosphère paisible ne laisse pourtant personne indifférent.