22/02/2020 12:00
Par les jours d’hiver, savourer une assiette de bánh cuôn nóng - les raviolis vietnamiens chauds - avec des échalotes frites permet non seulement de charmer les papilles des gourmets mais aussi de lutter contre le froid…
>>Le bánh cuôn du village de Kênh, une saveur unique
>>Le pho et le nem sont devenus populaires à Moscou

Le "bánh cuôn nóng". 
Photo : CTV/CVN

D’apparence simple, le bánh cuôn nóng (ravioli roulé qui se mange chaud) ne cesse d’attirer les clients par son goût délicieux et l’ingéniosité de l’accommodation de ses ingrédients.

Contrairement au bánh cuôn traditionnel de Thanh Tri (district suburbain de Hanoï), non farci et qui se consomme froid, le bánh cuôn nóng n’est cuisiné qu’au moment où le client est assis à table.

Il est facile de voir, dans les rues de Hanoï, une femme assise à côté d’une marmite, en fonte ou en aluminium, laissant s’échapper une vapeur fumante. Ces raviolis vietnamiens chauds, à base de farine de riz translucide, sont cuits à la vapeur, farcis de viande de porc hachée, de champignons noirs et parsemés d’échalotes frites.

Lorsqu’il y a des clients, la femme prend sa louche en coque de noix de coco ou en bois pour verser rapidement la pâte de riz sur un tissu tendu et confectionne une fine crêpe cuite à la vapeur. Puis, elle y met la farce, traditionnellement composée de viande de porc finement hachée, d’échalotes et de champignons parfumés. Ensuite, elle roule la crêpe comme un gros cigare, avant de l’offrir à la convoitise des gourmets.

Un plat populaire

Son fond blanc est tacheté du noir des champignons, du rose-saumon de la viande de porc et de l’orangé du ruôc tôm (crevettes pilées et séchées à l’aspect de fibre de coton).

La chef ne commence à cuisiner le "bánh cuôn nóng" qu’au moment où le client est assis à table. 
Photo : Diêu Thúy/CVN

Le bánh cuôn nóng s’accompagne très bien du giò lua (pâté de viande de porc pilée) et du cha lua (hachis de porc grillé), ou bien du cha viên (quenelle) préparé à base d’épaule de porc et du cha miêng (viande de porc coupée en lamelles et grillée au barbecue). Le tout est agrémenté de pousses de soja et de fraîches herbes aromatiques, notamment de coriandre.

Les bánh cuôn fraîchement préparés, le plus souvent pour le petit-déjeuner, se dégustent chauds, avec de la saumure salée-aigre-piquante. Un plat populaire, raffiné et sans aucun doute prisé des recettes vietnamiennes, simple mais divinement délicieux à tel point qu’on pourrait en manger sans se lasser à tout moment de la journée.

Plaisir de l’estomac, mais aussi des yeux quand la fabrication traditionnelle se fait sous vos yeux avec tant de délicatesse.
 
Diêu Thúy/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

La pagode Bút Tháp, chef-d’œuvre d’architecture Dans le petit village de Dinh Tô, à 25 km au nord-est de Hanoï, se trouve un des plus vieux lieux de culte bouddhiste du Vietnam : la pagode Bút Tháp, littéralement la pagode de la Tour du pinceau. Véritable bijou architectural, sa visite s’impose.