14/02/2018 20:25
Dans le tourbillon de la vie moderne, certaines coutumes traditionnelles sont progressivement tombées dans l'oubli. Cependant, beaucoup de gens ont encore leur propre façon pour préserver et promouvoir l'identité culturelle du pays.
>>Les Vietnamiens à l’étranger fêtent le Nouvel An lunaire
>>La diaspora vietnamienne établie au Mexique célèbre le Nouvel An lunaire
>>Têt traditionnel : rencontre de Viêt kiêu et de religieux
>>Effervescence dans les villages de métiers à l’approche du Têt

Dans ce texte, nous vous proposons une visite dans une famille établie en banlieue de Hanoï pour percer tous les secrets de la préparation du banh chung, l'une des façons de garder la tradition de la Fête du Nouvel An lunaire au Vietnam.

Le gâteau de riz gluant carré symbolisant le Ciel et la Terre sont à jamais associés au Réveillon du Nouvel An lunaire. Photo : VNA/CVN

Le banh chung, gâteau de riz gluant farci de viande de porc et de haricot mungo, est un plat incontournable lors du Nouvel An lunaire, ou Têt Nguyen Dan des Vietnamiens. Contrairement à beaucoup d'autres familles qui achètent le banh chung tout prêt, la famille de Nguyên Trong Dieu, dans le district de Soc Son, en banlieue de Hanoï, perpétue la coutume de confectionner le gâteau traditionnel pour Têt. Tous les membres de la famille, de 7 à 77 ans, sont assis autour de la marmite de banh chung, discutant de l'année écoulée et de leurs souhaits pour l'année qui s'annonce.
 
Selon Nguyên Trong Dieu, commune de Xuan Son, district de Soc Son, Hanoï, "chaque année, à l'arrivée du printemps, notre famille se réunit autour de la marmite de gâteaux de riz gluant pour passer en revue ce qui s'est passé durant l'année et les souvenirs du bon vieux temps. Il s'agit de faire connaître aux enfants les origines du Nouvel An lunaire, afin qu'ils puissent comprendre ce que leurs ancêtres leur ont légué, puis garder cette atmosphère familiale chaleureuse et joyeuse".

La petite-fille de Diêu, Ta Nhat Linh, se joint à ses grands-parents pour faire des banh chung chaque année. Bien qu'enfant, elle sait déjà ce que cela signifie, et la préparation n'a plus aucun secret pour elle. "Mon grand-père m'a dit que banh chung voulait dire beaucoup dans la nouvelle année. Cette année, j'ai grandi. Je dois donc savoir faire le banh chung", a-t-elle dit.

Le banh chung est symbolique dans la mesure où sa préparation réunit tous les membres de la famille autour de la marmite dans une atmosphère bon enfant, aider à renforcer la solidarité et l'amour qui les unissent. Selon Pham Thi Thanh Binh, commune de Xuan Son, district de Soc Son, Hanoï, "chaque année, nous appelons les enfants à se rassembler pour faire le banh chung, en leur disant que c'est une coutume que nos pères nous ont transmise, afin qu'ils puissent perpétuer la tradition de leurs ancêtres". Plus la société se modernise, plus la culture traditionnelle risque de se perdre. Et avec les banh chung tout prêts, cette tradition risque aussi, à terme, de tomber dans les oubliettes.

Dans tous les cas, le plateau de plats traditionnels du Têt, le parfum de l'encens et le gâteau de riz gluant carré symbolisant le Ciel et la Terre sont à jamais associés au Réveillon du Nouvel An, pour accueillir un nouveau printemps qui frappe à la porte.

VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Lâm Dông crée une percée dans son agritourisme Ces dernières années, l’agrotourisme a pris son envol dans la province de Lâm Dông, au Tây Nguyên (hauts plateaux du Centre). Un type de tourisme lié étroitement à l’agriculture high-tech.