13/01/2016 11:32
Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a présenté un certain nombre d'arguments erronés et dangereux pour défendre les vols d'essai récemment effectués par ce pays vers un récif en Mer Orientale, a déclaré l'Autorité de l'aviation civile du Vietnam (CAAV).
>>La presse thaïlandaise critique les vols d’essai chinois en Mer Orientale
>>Protestation contre les atteintes chinoises à la souveraineté vietnamienne

Lors de la conférence de presse périodique du 11 janvier, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hong Lei, a répondu à des questions concernant le communiqué de presse de la CAAV sur les opérations des avions chinois dans la région d'information de vol (FIR) de Hô Chi Minh-Ville.

Il a déclaré que ces vols d'essai vers une piste d'atterrissage récemment construite sur ladite île de Yongshu, internationalement connue sous le nom de Fierry Cross, relevaient totalement de la souveraineté de la Chine.

La Chine a effectué le 2 janvier un vol d'essai sur une piste d’atterrissage construite illégalement sur le récif de Chu Thâp (Fierry Cross) relevant de l'archipel de Truong Sa du Vietnam. Photo :  AFP/VNA/CVN

Cette déclaration a affirmé intentionnellement que le couloir aérien de l'île chinoise de Hainan au récif de Fierry Cross à travers la FIR de Hô Chi Minh relevait de l'espace aérien souverain de la Chine. Elle est complètement fausse et infondée, et met directement en péril la sécurité et les activités normales de l'aviation civile en Mer Orientale, a insisté la CAAV.

La Chine a également déclaré que les vols de ses avions dans et à travers des routes aériennes internationales qui ont été mises en place par les pays concernés et l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI), relevaient tout à fait de la liberté de ce pays et ne faisaient pas l'objet de restrictions selon les réglementations de l'aviation civile internationale.

Il est clair qu'une telle déclaration a soulevé de profondes inquiétudes du Vietnam comme de la communauté internationale de l'aviation concernant la responsabilité d'un pays en termes de sécurité aérienne, a dénoncé la CAAV.

S'opposer résolument aux agissements précités de la Chine

La CAAV réfute complètement la déclaration du 11 janvier du porte-parole chinois Hong Lei et s'oppose résolument aux agissements précités de la Chine, a-t-elle déclaré, tout en demandant à ce pays de cesser immédiatement ces opérations, de ne pas conduire des opérations aériennes similaires, et de procéder à des actes pratiques et concrets pour contribuer au maintien de la sécurité aérienne en Mer Orientale.

Actuellement, les organes de gestion et de contrôle aérien du Vietnam s'efforcent de suivre de près et de garantir la sécurité absolue des vols normaux dans les FIR relevant de sa compétence, a fait savoir la CAAV.

Par ailleurs, la CAAV et la Compagnie générale de gestion du trafic aérien du Vietnam ont également vérifié les notes officielles, messages, fax, lettres électroniques et télégrammes dans tous les organismes et unités concernés dont les coordonnées avaient été rendues publiques dans la Publication des informations aéronautiques (AIP) du Vietnam, comme les enregistrements d'appels téléphoniques du 28 au 29 décembre dernier avec les établissements de prestation de services de trafic aérien concernés du Vietnam.

Cependant, il n'y a aucune notification de plans de vol envoyée par l'ambassade de Chine comme elle l'a prétendu, a indiqué la CAAV. En outre, une notification par une représentation diplomatique chinoise à son homologue vietnamien ne peut remplacer le dépôt d'un plan de vol, ni les contacts en bonne et due forme avec le prestataire de services, a conclu la CAAV.

VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un plan quadriennal pour élargir le public francophone

Tourisme fluvial : la Colombie veut acquérir des expériences de Can Tho La Colombie souhaite coopérer avec la ville de Cân Tho dans le développement du tourisme fluvial dont le modèle de marché flottant de Cai Rang. C’est ce qu’a exprimé Claudia Liliana Zambrano Naranjo, chargé d’affaires de la Colombie au Vietnam, mercredi 22 novembre dans la ville.