11/05/2020 11:14
Au Vietnam, les établissements de formation viennent de rouvrir leurs portes, après plus de trois mois de fermeture en raison du COVID-19. L’Agence universitaire de la Francophonie (AUF) a tout de suite réagi face à cette crise.
>>AUF : les webinaires au service des formations à distance
>>AUF : un appel international pour soutenir les initiatives liées à la pandémie
>>Face à la pandémie, l’AUF adopte un plan spécial

La  directrice générale du bureau d’Asie-Pacifique de l’AUF, Ouidad Tebbaa.
Photo : AUF/CVN

Au micro de la radio La Voix du Vietnam (VOV), la directrice générale du bureau d’Asie-Pacifique de l’AUF, Ouidad Tebbaa, nous parle de la crise et des engagements de son organisation.

Ouidad Tebbaa : Cette pandémie à caractère mondial a eu un impact extrêmement fort, à la fois sur les systèmes universitaires partout dans le monde, mais aussi forcément sur l’AUF en tant qu’agence, en tant que réseau qui regroupe des universités à l’échelle mondiale. L’impact, évidemment, n’a pas été aussi grave que pour d’autres organisations, dans la mesure où l’AUF est une agence qui travaille beaucoup à distance et que cette façon de communiquer avec des directions à travers le monde, avec des services centraux, à Paris et à Montréal, avec des dispositifs à la fois techniques et des habitudes de connectivité très grande, ont fait qu’elle pouvait répondre plus facilement que d’autres organisations. Nous étions prêts, plus que d’autres, à ce télétravail. Et aujourd’hui, à l’échelle de l’AUF, à une ou deux exceptions près, je dirais que toutes les équipes à l’échelle internationale sont en télétravail.

VOV : Alors, quel est l’impact sur vos partenaires ?

Ouidad Tebbaa : Je crois que c’est ça la question centrale. Au-delà de l’impact sur l’AUF, c’est l’impact sur nos partenaires. On le sait, partout dans le monde, des universités ont connu des fermetures plus ou moins courtes. Et en Asie-Pacifique ? Il faut insister là-dessus, et particulièrement au Vietnam. Bien des universités, comme vous le savez, sont fermées depuis le début du mois de février. C’est une fermeture de très longue durée et qui a donc forcément un impact extrêmement grand. Alors, quel est cet impact ? La question de l’enseignement à distance s’est posée dans l’urgence et l’impréparation pour certaines universités. Une impréparation qui a eu énormément d’impact. Mais ce qui se dessine, notamment à travers cette réunion que nous avons organisé avec nos membres, c’est que l’enseignement à distance est parfaitement maîtrisé aujourd’hui dans quelques universités au Vietnam qui ont réussi d’une certaine manière la transformation numérique ou en tout cas qui sont très bien avancés dans ce domaine, et que pour d’autres universités assez rares, ça a été non seulement difficile, mais presque impossible. Chaque université a par rapport à ses particularités, par rapport aussi à ses infrastructures, sur le plan informatique, a trouvé la solution qui lui correspondait.

VOV : Quels sont les engagements pris par l’AUF pour faire face ? Au niveau de la région Asie-Pacifique et plus particulièrement au niveau du Vietnam ?

Ouidad Tebbaa : Il est évident que l’AUF a fait des propositions. Elles sont très simples et elles ont été largement définies par notre recteur dans le plan "AUF pandémie". Et l’action la plus la plus notable, c’est entre autres de proposer de mettre à disposition de nos universités partenaires une plateforme, une plateforme qui existe déjà et qui est évidemment gratuite, avec des espaces privatisés qui peuvent héberger toutes les formations. Mais il est évident que l’action de la direction régionale de l’AUF en Asie-Pacifique ne va pas se limiter à cela. Les universités vietnamiennes sont dans un contexte particulier. Ce sont des universités qui ont pour la plupart déjà des dispositifs sur le plan informatique, en termes de connexion, qui sont largement supérieures à d’autres directions et d’autres régions dans le monde. C’est la raison pour laquelle ce que nous pouvons proposer à nos membres est un accompagnement, j’allais dire qualitatif.

Retour à l'école des élèves primaires hanoïens après des mois d’hibernation en raison de la pandémie de COVID-19. Photo : VNA/CVN

VOV : Que voulez-vous dire par qualitatif ?

Ouidad Tebbaa
: Cet accompagnement, que nous sommes en train de mettre en place, vise à accompagner l’enseignement à distance. Parce qu’il ne s’agit pas seulement d’enregistrer des cours. Un enseignement à distance nécessite de l’interaction avec les étudiants. Il nécessite la mise en place d’un suivi particulier. Il nécessite aussi un accompagnement en termes d’assurance qualité, car des examens, des évaluations en ligne n’ont rien à voir avec des évaluations en présentiel. C’est la raison pour laquelle, sur ce volet qualitatif, sur ce volet d’accompagnement de nos membres, pour avoir les formations qui sont les plus légitimes, qui sont les plus crédibles et qui, donc qualitativement, sont d’un niveau supérieur, l’AUF considère effectivement qu’il est de son rôle de mobiliser ses experts à la fois en région et peut être même à l’intérieur du Vietnam.

VOV : Pourriez-vous nous citer quelques exemples d’initiatives qui ont été prises par vos partenaires dans la région ?

Ouidad Tebbaa :
Notre région a été l’une des régions au sein de l’AUF qui a initié le plus d’initiatives dans la lutte anti-COVID. Je voudrais insister sur le caractère précoce de ces initiatives par rapport à d’autres régions. Il est vrai que la pandémie a d’abord frappé notre région et donc nos partenaires, nos membres ont été tout de suite dans la bonne réactivité. Il y a des écoles d’ingénieurs extrêmement brillantes qui se sont engagées. Il y a aussi de grandes universités de médecine. Ce que l’on constate, c’est que l’esprit de solidarité et de créativité des universités et des établissements d’enseignement supérieur au Vietnam a été tout à fait exceptionnel dans cette crise sanitaire. Alors, je ne parle pas, évidemment, de l’engagement des médecins qui ont été en première ligne dans la lutte anti-COVID, aussi bien dans les grandes villes du Vietnam que dans les provinces les plus les plus reculées.

VOV : Quels sont les résultats obtenus ?

Ouidad Tebbaa : Je crois que jamais l’AUF ne s’est sentie aussi proche de ses membres que durant cette crise sanitaire. Elle correspond beaucoup avec ses membres. Elle interagit beaucoup avec ses membres et la rencontre que nous avons organisée, le webinaire que nous avons organisé le 16 avril et auquel ont participé une série de recteurs, de dirigeants de grandes universités du Vietnam ainsi que les responsables divers vice recteurs, responsables de formation, témoigne d’abord de ce lien. Mais cette initiative était aussi importante parce qu’elle a permis à nos membres de discuter entre eux et qu’une multitude d’universités du Vietnam se sont retrouvées à cette occasion pour dialoguer, pour communiquer, pour parler à la fois de leurs réussites et de leurs difficultés, de questions portant sur différents niveaux, à la fois des niveaux techniques, mais aussi des niveaux de réflexion, même à l’échelle nationale, sur la manière d’évaluer, sur le déroulement des prochains examens.

VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité des villages de broderie du Vietnam

Quang Ninh présente de nombreux programmes de relance touristique Les programmes de relance touristique de Quang Ninh (Nord) 2020 s’avèrent efficaces dès le premier mois de mise en œuvre, le nombre de touristes nationaux augmentant progressivement.