21/05/2017 10:18
L’archipel de Nam Du, situé au sud-est de l’île de Phu Quôc et à près de 120 km de la ville de Rach Gia, dans la province de Kiên Giang (Sud), est une nouvelle destination du tourisme balnéaire.
>>Nhât Tru, une pagode millénaire à Ninh Binh
>>Mui Né, le paradis pour les amateurs d'aventure
>>Cao Son, «Sa Pa de Thanh Hoa»

Hòn Lớn est la plus grande île de l’archipel de Nam Du. Photo : CTV/CVN

Nam Du, qui relève des deux communes d’An Son et de Nam Du du district de Kiên Hai, comprend 21 petites et grandes îles. Plages sauvages, sable blanc, coraux de toutes les couleurs, c’est l’image qu’impose cet archipel dès qu’on y arrive. Et c’est bien pour cela qu’il attire de plus en plus d’heureux touristes, tant vietnamiens qu’étrangers.

Une beauté sauvage à découvir

Depuis deux ans, ce lieu inconnu est choisi par de nombreux voyageurs pour sa beauté sauvage et ses fruits de mer abondants. «Ce petit coin de paradis préserve encore sa beauté sauvage : les paysages y sont splendides, et la quiétude, grande», estime Quang Minh, un touriste de Hanoï.

La plus grande île de Nam Du est Hòn Lớn. Pour vous dégourdir les jambes, vous pouvez emprunter le sentier et rejoindre le sommet le plus élevé de l’île où un panorama splendide vous attend. Autour de Hòn Lớn, on peut visiter d’autres îlots qui sont tous aussi beaux, avec des plages baignées d’une eau couleur émeraude, et des falaises rocheuses dessinant des formes pittoresques. On se croirait au cœur d’une autre baie de Ha Long, mais au Sud-Ouest !

L’île la plus peuplée et développée, c’est Hòn Ngang, qui compte près d’un millier de foyers de pêcheurs. Chaque île de Nam Du a sa beauté propre, mais Hòn Ðung, Hòn Ông et Nôm Giua sont les plus séduisantes.

Les touristes peuvent également visiter d’autres beaux sites de Nam Du comme les plages de Ngu, Chêt et Chuong ; les îles de Hòn Dâu, Hòn Nôm, Hòn Mâu, Hòn Ngang et Hòn Son ; la colline de Ma Thiên Lanh…

À un peu plus d’un kilomètre de la plage de Chêt, les hébergements et les restaurants sont assez nombreux. Le matin, cette plage est le lieu de vente de produits de la mer. Plusieurs voyageurs vont dans ce marché pour acheter de «l’ultra-frais» au meilleur prix.

Nam Du est apprécié des voyageurs pour sa beauté sauvage.
Photo : CTV/CVN

Si vous allez à Nam Du, vous aurez l’occasion de goûter des fruits de mer fraîchement cuisinés à la vietnamienne tels que coquillages, seiches... «Les plats sont délicieux, l’air pur et l’ambiance authentique», remarque Huong Giang, une touriste de Hô Chi Minh-Ville.

D’après Phan Ngoc Anh, conducteur de xe ôm (moto-taxi) à Nam Du, le nombre de visiteurs augmente depuis deux ans grâce à l’achèvement du chemin qui fait le tour de l’île. Entre la mer et la montagne, il séduit les voyageurs, d’autant qu’il relie les plages aux sites touristiques de l’île. Nam Du répond actuellement aux besoins de ses visiteurs, que ce soit en termes d’hébergement ou de déplacement.

Développement du «homestay»

Le tourisme en séjour chez l’habitant s’est fortement développé dans l’archipel. Les voyageurs peuvent même visiter les îles situées autour de Nam Du. Selon le Comité populaire de la commune d’An Son, une vingtaine de foyers offrent de tels services.

Avec le développement touristi-que, près d’une centaine d’héber-gements ont été construits en deux ans à An Son. Mais ce chiffre ne permet pas de faire face à la demande à l’occasion des grands week-ends ou des jours fériés.

«À Nam Du, la plupart des touristes viennent de Hô Chi Minh-Ville, Hanoï et Cân Tho. Le moment où ils sont les plus nombreux, c’est la période allant du Têt traditionnel à la fin de l’été», explique Huỳnh Oanh, propriétaire d’un hébergement. Et d’ajouter que le nombre de visiteurs augmente le week-end grâce aux bateaux à grande vitesse qui font le trajet en deux heures et demie depuis Rach Gia.

Selon Nguyên Minh Tuân, vice-président du Comité populaire de la commune d’An Son, qui compte environ 1.000 familles, soit plus de 4.000 personnes, «le tourisme à Nam Du a commencé à prendre son essor au milieu de 2015. Cette année-là, 27.000 touristes ont été comptabilisés, et en 2016, plus de 72.000».

Cet archipel sauvage, encore relativement peu connu, est aujourd’hui un lieu de choix pour les voyageurs en mal d’authenticité.

Certes, les infrastructures sont toujours modestes, mais si vous y allez, vous ne le regretterez pas. L’accueil y est chaleureux, même en plein cœur des éléments naturels...

Mai Huong/CVN


 

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Un plan quadriennal pour élargir le public francophone

Tourisme fluvial : la Colombie veut acquérir des expériences de Can Tho La Colombie souhaite coopérer avec la ville de Cân Tho dans le développement du tourisme fluvial dont le modèle de marché flottant de Cai Rang. C’est ce qu’a exprimé Claudia Liliana Zambrano Naranjo, chargé d’affaires de la Colombie au Vietnam, mercredi 22 novembre dans la ville.