22/09/2016 21:18
L’OIF, en partenariat avec d’autres organismes et instituts, a lancé le concours de cybersécurité #RiSk[Solutions] à Hanoï. Un moyen pour détecter les talents de demain dans la protection informatique, mais aussi sensibiliser aux questions de cybercriminalité.
>>L’OIF organise un concours de cybersécurité au Vietnam

Cérémonie d’ouverture du concours de cybersécurité #RiSk[Solutions],  le 22 septembre à Hanoï.

 
La cérémonie d’ouverture du concours de cybersécurité #RiSk[Solutions]  s’est déroulée dans la matinée du 22 septembre à l’amphithéâtre Vu Dinh Liên au sein de l’Université nationale de Hanoï.
 
Cette compétition, qui durera jusqu’au 25 septembre et dont l’acronyme signifie «Recettes informatiques de Scripts et Kits»,  propose aux participants un «hackathon», c’est à dire de tester leurs connaissances et compétences en matière de cybersécurité. Ils doivent pour cela explorer les systèmes informatiques similaires à ceux utilisés par les administrations publiques, afin d’identifier les risques informatiques qu’elles encourent au quotidien et apporter des solutions pour parer à ces périls potentiels.
 
Pour cette édition hanoïenne, le Fonds francophone pour l’innovation numérique (FFIN) collabore avec l’Association vietnamienne des scientifiques et experts (AVSE) et d’autres partenaires pour coordonner des activités locales, et accompagner les lauréats.

Un défi en trois jours
 
Pour prendre part au concours #RiSk[Solutions], les jeunes professionnels vietnamiens du numérique, à savoir développeurs, designers et administrateurs systèmes, peuvent se réunir en équipes de deux à cinq personnes. Les candidatures féminines sont encouragées et bénéficieront d’une attention particulière.
 
En pratique, les candidats se voient attribuer un kit d’outils informatiques et de scripts à codes libres et ouverts, avec lesquels ils auront à construire pendant trois jours des solutions numériques complètes. Lors du dernier jour, les équipes doivent présenter leur projet devant un jury. Trois équipes présentant les meilleures solutions remporteront les prix d’une valeur respective de 10.000, de 6.000 et de 4.000 euros, plus l’accompagnement et un suivi des projets pendant un an. Cette cérémonie de remise des prix aura lieu donc le dimanche 25 septembre.

 

Le concours de cybersécurité #RiSk[Solutions] est un moyen pour détecter les talents de demain dans la protection informatique, mais aussi sensibiliser aux questions de cybercriminalité.


Selon Ngô Tu Lâp, directeur par intérim de l’Institut francophone international (IFI), organisateur également de l’événement, «ce concours permet aux jeunes étudiants d’explorer et de montrer leurs talents, leurs connaissances et leur créativité. Ce qui est plus important, c’est qu’en y prenant part, ils participent aussi à un processus de formation d’une nouvelle génération de spécialistes francophones en matière informatique. Ces derniers, dans un futur proche, contribueront  à la lutte contre la cybercriminalité et au développement durable du Vietnam et de la Francophonie».
 
La secrétaire générale de la Francophonie, Mme Michaëlle Jean, a placé l’année 2016 sous le thème du vivre ensemble, exprimant la volonté commune des pays francophones de lutter contre les extrémismes et la radicalisation sous toutes ses formes. Et Internet est un important vecteur de ces menaces. Dans cette optique, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) avait organisé en février dernier en Côte d’Ivoire une conférence internationale pour discuter des enjeux de la lutte contre la criminalité en ligne et pour proposer une déclaration et un plan d’action dans le domaine du cybersécurité et du cyberdéfense.

Texte et photo : Phuong Mai/CVN

 

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ressusciter les estampes populaires de Kim Hoàng

Les vestiges de la citadelle de Thanh Chiêm à Quang Nam La citadelle de Thanh Chiêm est située à Diên Phuong, dans la province centrale de Quang Nam. Vestige historique national, elle était, sous la dynastie des Nguyên (1802-1945), considérée comme la capitale satellite de Huê et le centre politique, militaire, économique et culturel du Sud. Aujourd’hui, l’édifice est en ruine mais les autorités ont décidé de faire de Thanh Chiêm une nouvelle destination touristique.