04/06/2020 11:57
L'Amérique latine souffre toujours de l'épidémie de coronavirus, Brésil en tête qui a franchi un nouveau record de morts mercredi 3 juin, à l'opposé de l'Europe où les frontières se rouvrent, comme en Autriche jeudi 4 juin, en pleine polémique sur l'hydroxychloroquine.
 >>Plus de 30.000 morts au Brésil, l'Italie rouvre ses frontières
>>L'Amérique latine en plein cauchemar, quasi-retour à la normale en France

Vue aérienne du cimetière Nossa Senhora Aparecida près de Taruma, Manaus, au Brésil, le 2 juin. Photo : AFP/VNA/CVN

Le Brésil a enregistré 1.349 morts du coronavirus en 24 heures, un nouveau record pour ce pays, le plus touché en Amérique latine. Un couvre-feu a également été imposé à partir de mercredi 3 juin dans une vingtaine de localités de l'État de Bahia, dans le Nord-Est du Brésil, pour tenter de contenir l'expansion galopante de la pandémie de coronavirus.

"Si nous n'agissons pas, nous risquons d'assister à une explosion de la demande de lits en soins intensifs et nous ne pourrons pas y répondre", a prévenu le gouverneur de l'État de Bahia, Rui Costa.

Le Brésil, nouvel épicentre de la pandémie de COVID-19, compte désormais 32.548 morts et rien ne semble pouvoir arrêter la progression du nouveau coronavirus dans ce pays.

Les chiffres, que la communauté scientifique juge grossièrement sous-évalués, situent le géant latino-américain à la quatrième place mondiale pour les morts, derrière les États-Unis - qui restent de loin le pays le plus durement frappé avec 107.000 morts - le Royaume-Uni (39.728) et l'Italie (33.530).

Le Brésil, dont le président Jair Bolsonaro appelle régulièrement à la levée des restrictions pour préserver l'économie et l'emploi, représente plus de la moitié des cas de contamination et des morts du COVID-19 en Amérique latine.

Mexique : 1.000 morts par jour

Le Mexique a de son côté franchi mercredi 3 juin la barre des 1.000 morts en 24 heures, pour la première fois depuis le début de l'épidémie. Le bilan total y dépasse les 11.000 décès.

Au total, la pandémie de COVID-19 a tué plus de 382.000 personnes sur la planète depuis son apparition en décembre en Chine, selon un bilan établi mercredi 3 juin par l'AFP à partir de sources officielles.


Au Chili, autre pays d'Amérique du sud frappé de plein fouet par l'épidémie, les autorités ont décidé de prolonger pour une quatrième semaine le confniement à Santiago. En revanche, l'Equateur va assouplir les restrictions drastiques prises à Quito pour tenter d'enrayer la prograssion du virus.

Le couvre-feu a été réduit mercredi à huit heures par jour, tandis que les restaurants et les centres commerciaux ont pu rouvrir.

En Europe également, la vie reprend peu à peu ses droits. L'Autriche rouvre jeudi ses frontières, à l'exception de celle avec l'Italie. L'Allemagne et la Belgique prévoient de faire de même le 15 juin. Les Pays-Bas ont de leur côté annoncé l'assouplissement des mises en garde sur les voyages dans plusieurs pays européens à partir du 15 juin également.

"Benvenuti"

Un voyageur traverse le Terminal T3 à l'aéroport Fiumicino de Rome, le 3 juin.
Photo : AFP/VNA/CVN

L'Italie, où le secteur touristique est vital, a dévancé tout le monde en rouvrant ses frontières aux touristes dès mercredi 3 juin. "Benvenuti in Italia", le message était clair : "il y a de l'enthousiasme dans l'air", s'est exclamé le chef du gouvernement italien Gisueppe Conte.

À Rome, au pied de la Fontaine de Trévi, un couple de jeunes mariés profitait mercredi du peu d'affluence pour prendre la pose. "Il faut savourer ces moments", dit le mari : "à Rome, c'est rar e!".

Quatre pays européens, la France, l'Allemagne, l'Italie et les Pays-Bas, ont également décidé de conjuguer leurs efforts pour trouver un vaccin au moment où la polémique sur les vertus thérapeutiques de l'hydroxychloroquine a une nouvelle fois rebondi.

Prendre ce médicament, peu de temps après avoir été exposé au COVID-19 ne permet a priori pas de prévenir une infection, affirment des chercheurs aux États-Unis à la suite d'un essai clinique.

De quoi relancer un débat, ouvert quasiment depuis le début de l'épidémie sur les vertus de ce médicament dérivé d'un anipaludique. À la suite d'un mea culpa de la revue The Lancet, qui a publié une étude très critique sur l'hydroxychloroquine, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) avait ainsi annoncé mercredi 3 juin la reprise des essais cliniques sur ce médicament.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Revivre les jeux de miniatures à Hô Chi Minh-Ville

Google aide à renforcer la compétence numérique des agences toursitstiques Le Service du tourisme de Hô Chi Minh-Ville en collaboration avec Google a organisé des cours de formation sur la compétence numérique et le marketing numérique aux responsables de la gestion étatique et aux entreprises opérant dans le secteur du tourisme.