19/06/2022 09:01
À n’importe quelle heure, chaque fois que quelqu’un appelle à l’aide, l’ambulance gratuite de la paroisse de Lâm Xuyên à Nghê An (Centre) se met immédiatement en route. Une belle idée venue du prêtre Nguyên Xuân Phuong.
>>Le travail de volontariat et humanitaire est la responsabilité de toute la société
>>Angel, un café à Dà Nang qui emploie des malentendants

Le prêtre Nguyên Xuân Phuong (gauche) et le chauffeur Nguyên Dinh Quang à côté de l’ambulance gratuite, sur laquelle est écrit : "Aimer comme Dieu a aimé".
Photo : TN/CVN

"Les pauvres n’ont pas accès aux services d’une ambulance lorsqu’ils sont malades ou blessés car le coût est bien trop élevé pour eux. C’est pourquoi, depuis longtemps, j’avais l’intention d’en acheter une pour les prendre en charge gratuitement", partage le prêtre Nguyên Xuân Phuong, en charge de la paroisse de Lâm Xuyên. 

"Acheter une voiture n’était pas vraiment difficile, la difficulté est de trouver des volontaires capables de conduire l’ambulance et prendre part au projet sur le long terme. J’ai discuté avec certains paroissiens à propos de mon idée, et ils étaient prêts à contribuer financièrement pour réaliser mon initiative. En outre,
11 personnes s’étaient inscrites pour se porter volontaires pour cette mission",
raconte-t-il.

En 2019, le prêtre Phuong a acheté une vieille ambulance mais encore en bon état. Le numéro de téléphone d’urgence est bien visible ses côtés, et Nguyên Dinh Quang, un chauffeur bénévole, est prêt à prendre l’appel pour aider toute personne dans le besoin.

"N’importe qui nous appelle, catholique ou non, pauvre ou riche, loin ou près, nous sommes prêts à l’aider gratuitement", affirme le prêtre. Il ajoute que l’ambulance est dotée d’un respirateur et d’équipements de premiers secours, financés par un groupe de bouddhistes vietnamiens en Australie. Les chauffeurs volontaires sont formés aux techniques de secourisme.  

En un peu plus de deux ans, cette voiture a parcouru des centaines de milliers de kilomètres pour sauver des vies avec un nombre de trajets incalculables, en l’absence d’un registre les recensant tous.

Afin de maintenir cette activité, le prêtre a créé un fonds, appelant tous ceux qui le peuvent à y contribuer autant que possible. Pourtant, parfois, faute d’agent, il doit payer de sa poche pour poursuivre sa mission.

Soutenir la prévention des épidémies

En dehors de la paroisse de Lâm Xuyên, les nécessiteux d’autres districts demandent aussi l’aide de ce service gratuit. "Nous aiderons tous ceux qui ont besoin de nous, de jour comme de nuit. Pour les patients originaires d’autres provinces, nous devons informer le prêtre avant de nous mettre en route, alors que dans la région, nous partons immédiatement", fait savoir M. Quang, un des membres les plus actifs du groupe des volontaires de Lâm Xuyên.

Certains jours, ce chauffeur et son collègue Hà ont transporté trois à quatre malades, du lever au coucher du soleil. Un soir, ils n’ont pas pu rentrer chez eux et ont donc dû passer la nuit au motel pour pouvoir reprendre leur travail le lendemain matin.

Quand les chauffeurs bénévoles sont occupés, le prêtre Nguyên Xuân Phuong les remplace. Une fois, il a conduit près de 500 km aller-retour pour transporter un patient en situation difficile de l’hôpital situé dans la ville de Vinh au district frontalier de Ky Son.

Pourtant, le prêtre ne veut pas se mettre en avant, il dit que ce qu’il admire le plus, ce sont les femmes de M. Quang et de M. Hà. "Leur esprit de sacrifice et de service est incommensurable. Ces deux femmes sont très respectables car elles sont prêtes à laisser leurs maris travailler gratuitement toute l’année", affirme-t-il.

Située en face de l’église de la paroisse de Lâm Xuyên, la famille du chauffeur Quang dispose d’une épicerie et d’une machine à moudre le riz, mais c’est sa femme qui s’en occupe essentiellement. "Je suis très heureuse quand il va faire du travail caritatif. Peu importe si cela me donne plus de travail", sourit sa femme Nguyên Thi Diêp.

Fin mai 2021, lorsque l’épidémie de COVID-19 a éclaté à Bac Giang (Nord), cette localité a dû demander une aide extérieure en ressources humaines et en véhicules. Après avoir transporté un patient du district de Yên Thành à la ville de Vinh, sur le chemin du retour, M. Quang a appelé le prêtre pour exprimer le souhait d’aller aider les gens de Bac Giang. Le prêtre a accepté et il a tout de suite parcouru plus de 400 km jusqu’à cette localité pour rejoindre l’équipe de bénévoles.

Cette mission a duré environ un mois. MM. Quang et Hà ont été chargés par le Centre de contrôle des maladies de Bac Giang de transporter le personnel médical pour prélever des échantillons et les transporter sur le site de test. La voiture a roulé presque jour et nuit.

"Ils sont si bons !"

L’ambulance est dotée d’un respirateur et d’équipements de premiers secours.

Photo : TN/CVN

"Ils sont si bons ! Sans eux, nous ne serions pas en mesure de retourner dans notre ville natale, faute d’argent", exprime Dào Thi Loan.

Mme Loan, 62 ans, originaire du district de Yên Thành, est paralysée de ses jambes à cause d’un accident de la route il y a 10 ans. Son fils unique fut aussi touché par un accident lorsque qu’il travaillait à Khanh Hoa (Centre). Incapables de payer plus de 20 millions de dôngs pour louer une ambulance, ses proches ont appelé l’aide à la paroisse de Lâm Xuyên. Cette ambulance gratuite a transporté le fils jusqu’à son village natal. 

Face à sa situation difficile, les membres du groupe caritatif de la paroisse de Lâm Xuyên ont alors appelé de nombreuses personnes à soutenir la famille de Mme Loan. Sur les deux dernières années, M. Quang et ses collègues ont conduit partout, à Hô Chi Minh-Ville, à Binh Phuoc (Sud), à Lâm Dông (hauts plateaux du Centre)... pour ramener les patients pauvres dans leur ville natale de Nghê An.

Parmi les centaines de patients, plusieurs sont issus d’ethnies minoritaires. “En les aidant, nous ne nous attendons pas à ce que les patients reviennent mais nous espérons qu’ils se rétabliront vite”, affirme M. Quang.

Huong Linh-TN/CVN



 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le lotus impérial cultivé dans la cour d’une maison centenaire à Hanoï

Le tourisme aspire à accueillir cinq millions de visiteurs étrangers en 2022 Selon l'Administration nationale du tourisme du Vietnam (VNAT), au cours des sept premiers mois de l'année, le tourisme national a enregistré un taux de croissance mensuel moyen de 62%.