13/12/2019 00:49
L'Alpinisme, l'art de gravir des sommets et des parois en haute montagne, a été inscrit mercredi 11 décembre à Bogota au patrimoine immatériel de l'UNESCO.
>>À la conquête du toit de l’Europe
>>150 ans après, l'alpinisme célèbre son âge d'or

Vue aérienne du 18 septembre montrant des alpinistes escaladant la Pointe Lachenal sur le Mont Blanc à Chamonix, en France.
Photo : AFP/VNA/CVN

La France, l'Italie et la Suisse se sont alliées pour promouvoir l'alpinisme, pratique tout juste bicentenaire tirant son nom de la chaîne de montagnes que ces trois pays ont en commun, les Alpes, lieu historique de cette activité.

Les premières traces de cette pratique remontent à l'Antiquité : la première corporation dans le Val d'Aoste (Italie) date du XIIIe siècle. Le Florentin Pétrarque a bien gravi le mont Ventoux vers 1350, Antoine de Ville le mont Aiguille en 1492 pour le compte du roi Charles VII, le naturaliste suisse Gessner le mont Pilatus en 1555.

Mais l'acte fondateur, si ce n'est l'acte de naissance, reste 1786, avec l'ascension du mont Blanc au départ de Chamonix par une cordée singulière qui porte en elle les valeurs de l'alpinisme : Jacques Balmat, cristallier et pauvre, Michel-Gabriel Paccard, médecin et notable.

Le "style alpin", ce sont ces ascensions avec un minimum d'aide et d'équipements "dans le respect de l'environnement et des populations, avec une éthique", souligne Claude Gardien, guide et chargé de mission côté français.

C'est la première fois que la réunion annuelle du Comité intergouvernemental de sauvegarde du patrimoine culturel immatériel se tient en Amérique latine.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
“Mémoires de Hôi An”, retour sur les origines