09/08/2018 11:17
Berlin a finalisé un accord avec l'Espagne qui s'est engagée à reprendre les migrants arrivant en Allemagne mais déjà enregistrés sur son sol, a annoncé mercredi 8 août une porte-parole du ministère de l'Intérieur.
>>L'UE et une agence de l'ONU forment les migrants de retour au Somaliland
>>Libye: le Parlement de l'Est souhaite que l'ONU soutienne l'économie et la sécurité

Un migrant recueilli en Espagne salue ses compagnons, dans le port d'Algésiras, le 30 juillet. Photo: AFP/VNA/CVN

En vertu de cet accord, signé lundi 6 août et qui entrera en vigueur samedi 11 août, les migrants "pourront être renvoyés en Espagne dans un délai de 48 heures", a précisé la porte-parole du MAE allemand, Eleonore Petermann, citée par l'AFP, ajoutant que Madrid n'avait "demandé aucune contrepartie".

Sont concernés par cet accord, tous les migrants arrivant en Allemagne mais qui sont déjà enregistrés en Espagne dans les bases de données européennes. Le gouvernement allemand avait déjà indiqué à la fin juin dernier que l'Espagne avait donné son accord de principe, de même que la Grèce.

Les discussions avec Athènes, ainsi qu'avec l'Italie "ne sont pas encore terminées", a indiqué la porte-parole lors d'une conférence de presse régulière.

Or des accords avec ces deux pays sont "importants, car les pressions migratoires y sont les plus fortes", a-t-elle dit. L'Italie s'est jusqu'à présent déclaré réticente, réclamant d'abord un renforcement du contrôle des frontières extérieures de l'UE avant tout accord sur les migrants déjà présents sur le territoire européen.
 

APS/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le Musée des beaux-arts de Hô Chi Minh-Ville, destination favorite des touristes

Appliquer les TI pour dégager les difficultés du tourisme Au cours des dernières années, le tourisme a connu un taux de croissance plus élevé que celui de l’économie nationale. Cependant, il sera très difficile pour le secteur de maintenir son taux de croissance actuel car il est confronté à un certain nombre de lacunes en termes de politique de visa et d’infrastructures aériennes.