13/06/2020 16:28
L'Agence de contrôle internationale (ITA), dont les programmes ont été ralentis depuis le début de la crise du coronavirus, se prépare à "augmenter" ses capacités durant l'été afin de "s'adapter" au report d'un an des Jeux olympiques de Tokyo, a-t-elle annoncé vendredi 12 juin.
>>Dopage : la Bahreïnie Naser, championne du monde du 400 m, suspendue provisoirement
>>Dopage dans l'haltérophilie : le président de la Fédération démissionne

Les contrôles antidopage vont augmenter.
Photo : AFP/VNA/CVN

La pandémie de coronavirus a entraîné "l'annulation et le report de nombreuses compétitions internationales", dont les JO de Tokyo-2020 et a rendu "impossibles les activités de contrôle (antidopage) à travers le monde comme cela était prévu", a expliqué l'ITA dans un communiqué au lendemain d'une réunion de son conseil, présidé par l'ex-ministre des Sports française, Valérie Fourneyron.

L'Agence de contrôle internationale (ITA) est préparée "pour augmenter ses capacités durant l'été afin de mener intelligemment les tests planifiés ou reprogrammés" alors que le programme antidopage des JO de Tokyo-2020 "est actuellement adapté" pour être mené jusqu'en 2021.

L'ITA a été mandatée par le Comité international olympique pour mener le programme de contrôles antidopage avant et pendant les JO de Tokyo.

L'agence basée à Lausanne et qui a débuté ses activités en juillet 2018, a également annoncé vendredi 12 juin qu'elle avait achevé sa mission de réanalyse des échantillons prélevés durant les JO de Londres-2012 qui ont révélé "plus de 80 violations des règles antidopage et ont conduit à des réallocations de médailles".

Concernant les JO de Rio-2016, la stratégie est "d'attendre le plus longtemps possible jusqu'à ce que des méthodes de détection non disponibles au moment des prélèvement le deviennent", a précisé l'ITA. Le délai de réanalyse des échantillons concernant les JO de Rio est de dix ans et court donc jusqu'à août 2026, a précisé l'agence.

Un programme de réanalyse a jusque là été mené concernant les JO de Pékin-2008, Vancouver-2010 et Londres-2012.

L'ITA a également indiqué qu'elle "finalisait" la construction en Suisse, dans un lieu "qui ne sera pas révélé", d'un site de stockage centralisé des échantillons prélevés par les agences nationales antidopage. Ces échantillons seront conservés jusqu'à dix ans.

Début avril, un porte-parole de l'ITA avait estimé que la lutte contre le dopage était "très impactée" par la crise du coronavirus, car les mesures de restriction prononcées par les différents États ont "compliqué la logistique des contrôles hors-compétitions".

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’originalité de la course de chevaux de Bac Hà à Lào Cai

Thanh Hoa, une destination post-COVID sûre Après la distanciation sociale en raison de la pandémie de COVID-19, la province de Thanh Hoa a rouvert ses sites touristiques.