01/08/2019 14:40
L'administration Trump a annoncé mercredi 31 juillet un plan devant permettre aux Américains d'avoir accès en toute légalité à des médicaments au Canada, où ils sont moins chers qu'aux États-Unis, un projet dénoncé comme "dangereux" par l'industrie pharmaceutique.

>>L'introduction des médicaments innovants en Algérie accuse du retard
>>Buzyn opposée à la vente de médicaments dans les supermarchés
 


Les Américains paient en moyenne 1.200 dollars par an (1.077 euros) pour des médicaments sur ordonnance, selon l'OCDE (l'Organisation de coopération et de développement économiques), soit plus que toute autre nationalité.


Le prix de l'insuline, nécessaire au traitement du diabète, a plus que triplé en une décennie, forçant beaucoup de patients non assurés à rationner leurs doses, à en faire entrer clandestinement depuis le Mexique ou le Canada, ou à choisir entre traitement ou paiement des factures.

"Les Américains méritent d'être protégés contre les prix élevés des médicaments, et ils méritent un système de santé qui fournisse des soins abordables et centrés sur le patient", a dit Alex Azar, le ministre de la Santé.

"Baisser le prix des médicaments pour beaucoup d'Américains - dont nos chers aînés", a tweeté le président américain mercredi pour soutenir ce plan. Donald Trump s'est à plusieurs reprises insurgé contre le prix élevé des médicaments dans son pays, et soutient une proposition de loi au Sénat qui plafonnerait les coûts.

Projets pilotes 

Alors que l'assurance-santé s'annonce comme l'une des questions-clés de la campagne pour la présidentielle de 2020, le candidat à l'investiture démocrate Bernie Sanders s'était joint dimanche à un groupe de diabétiques américains partis acheter de l'insuline au Canada, où elle coûte dix fois moins cher. Il avait alors dénoncé la "cupidité" de l'industrie pharmaceutique.

Le plan proposé par le ministère américain et par la Food and Drug Administration (FDA) prévoit deux parcours.

Le premier permettrait de proposer une règle qui autoriserait les projets pilotes développés par les 
États, les grossistes et les pharmaciens d'importer certains médicaments du Canada, même si ces derniers seraient limités à certaines catégories.

Le second prévoit que la FDA travaille avec les fabricants cherchant à importer aux 
États-Unis des versions de médicaments qu'ils vendent à l'étranger, "leur permettant potentiellement d'offrir un prix plus bas que celui requis par leurs contrats actuels de distribution".

Ces mesures pourraient inclure l'insuline ainsi que des médicaments contre l'arthrite rhumatoïde, les maladies cardiovasculaires et le cancer, selon un communiqué.

Aucune date pour la mise en 
œuvre de ce plan n'a été fournie.

"Monopoles protégés" 

Le projet va certainement faire face à des contestations en justice de l'industrie pharmaceutique aux 
États-Unis.

Le puissant Groupement américain des industries pharmaceutiques (PhRMA) a immédiatement marqué son opposition à ce plan, qui selon lui mettrait en danger la population.

"Le schéma d'importation du gouvernement est bien trop dangereux pour les patients américains", a déclaré Stephen Ubl, le patron de ce lobby. "Les autorités ont souvent averti que les plans d'importations pourraient aggraver la crise des opiacés et compromettre la sécurité publique".

Le gouvernement devrait plutôt se concentrer, selon lui, sur des politiques visant à baisser la part non couverte par les assurances santé et donc payée par les patients.

Les entreprises pharmaceutiques disent que les prix élevés sont une conséquence des coûts de l'innovation, mais une étude de 2016 de la Harvard Medical School a blâmé le système américain de brevets, qui donne aux fabricants "des monopoles protégés par le gouvernement" par le biais d'une exclusivité qui dure depuis des décennies.

L'étude avait aussi noté que contrairement à presque tous les autres pays développés, le système américain permettait aux fabricants de fixer leurs propres prix plutôt que de devoir les négocier avec un système national d'assurance maladie.


AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’empreinte de l’AUF en Asie-Pacifique après 25 ans

Ninh Binh accueillera l’Année nationale du tourisme 2020 "Hoa Lu - ancienne capitale du millénaire" sera le thème de l’Année nationale du tourisme 2020 qui sera organisée dans la province de Ninh Binh, au Nord. L’information a été rendue publique lors de la première réunion du Comité national de pilotage de l’Année nationale du tourisme 2020 - Ninh Binh, tenu à Hanoï mercredi 21 août.