14/11/2020 23:15
Les implications de l'accord de libre-échange UE - Vietnam (EVFTA) sur le développement durable de l’aquaculture vietnamienne ont été au cœur d’un colloque tenu le 13 novembre à Hanoï.

>>Promotion de la coopération économique Vietnam - Allemagne
>>L’EVFTA dynamise les exportations vietnamiennes vers l’UE
 

Colloque "L'impact de l'accord de libre-échange UE - Vietnam (EVFTA) sur le développement durable de l’aquaculture vietnamienne", le 13 novembre à Hanoï.
Photo : Quê Anh/CVN


L'objectif du colloque était de partager les évaluations, les difficultés, les défis et les obstacles techniques au commerce entre le Vietnam et l’Union européenne (UE) dans le contexte de la mise en œuvre de l'accord EVFTA.

En outre, les participants ont discuté également des questions entourant le développement durable de l’aquaculture vietnamien. C’était une occasion pour les organes compétents, les entreprises, les universités et les instituts de recherche de partager leurs points de vue en la matière.

L’ambassadeur de Belgique au Vietnam, Paul Jansen, a déclaré que l’aquaculture était un des domaines de coopération entre le Vietnam et la Belgique ces 25 dernières années. C’est la raison pour laquelle l’ambassade de Belgique s’est coordonnée avec l’Université nationale d’agriculture du Vietnam pour organiser ce colloque. Selon le diplomate, l'EVFTA ne doit pas être considéré seulement comme une opportunité d'accroître l'exportation des produits vietnamiens, et notamment aquacoles, mais doit être abordé comme un outil permettant d’encourager le développement d’une filière de haute qualité et respectueuse de l'environnement.


D’après le Dr Dào Trong Hiêu, du Département de la transformation et du développement du marché agricole (relevant du ministère de l'Agriculture et du Développement rural), l'UE est le deuxième marché d'exportation aquacole du Vietnam, après les États-Unis. L'Europe est également le premier espace de consommation de pangasius du Vietnam, le 2e marché de thon et de crevettes vietnamiens (après les États-Unis) et le 3e de calmars et de poulpes.

Avec le scénario envisagé de supprimer l'avertissement sous forme de ''carton jaune'' de la Commission européenne (CE) pour l’INN et profitant des préférences tarifaires dans le cadre de l'accord EVFTA, les exportations aquacoles du Vietnam vers l’UE devraient atteindre dans les cinq ans à venir 1,2 à 1,5 milliard d’USD par an, a estimé Dào Trong Hiêu.

Défis et opportunités

L'Union européenne est le deuxième marché d'exportation aquacole du Vietnam.
Photo : Thanh Liêm/VNA/CVN


La Dr Phan Thi Thu Hiên, venue de l’École supérieure de commerce extérieur de Hanoï, pour sa part, a soulevé les défis à surmonter pour les exportations aquacoles vers l’UE, dont les deux plus grands sont d’obtenir des certificats d'origine des produits et la législation exigeante de l'UE contre la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (INN). Cette dernière s'applique à tous les navires de pêche, quel que soit leur pavillon, dans toutes les eaux maritimes.

Le respect des réglementations commerciales lors de l'exportation vers l'UE est donc très important. En respectant les exigences légales de l’Europe, le Vietnam devrait bénéficier de nombreuses opportunités pour stimuler les exportations vers ce marché, a marqué Mme Thu Hiên.

Pham Thi Thùy Linh, venue de l’Institut d’économie et de planification aquacole (relevant du ministère de l'Agriculture et du Développement rural), a cité les conditions déjà favorables accumulées par le Vietnam pour exporter ses produits aquacoles vers l’Europe. En effet, l’UE a déjà reconnu le système de contrôle de la sécurité alimentaire des produits aquatiques vietnamiens. Elle a aussi reconnu le Département vietnamien de gestion de la qualité des produits agricoles, sylvicoles et aquatiques (NAFIQAD) comme organe compétent du Vietnam dans le contrôle des produits importés dans l’UE. Les lots d’exportations des produits aquacoles vers l’UE ont été évalués, échantillonnés et certifiés en matière de sécurité alimentaire. Les organes compétents de l'UE continuent régulièrement d'inspecter et de reconnaître le système de contrôle du Vietnam comme équivalent à celui de l'UE.

Toutefois, malgré ces réussites, quelques obstacles de taille s’opposent à la croissance des exportations vers l’Europe. En effet, les produits aquatiques vietnamiens sont surtout des produits bruts. De plus, l'UE est un grand marché ce qui implique de nombreuses grandes commandes auxquelles le Vietnam n’est pas toujours en mesure de répondre. Enfin, ce pays n'a pas encore établi de réseau de distribution fiable sur ce marché, a souligné Mme Thùy Linh. La chercheuse a proposé quelques mesures, dont l’application des normes VietGap, GlobalGap dans la certification des produits et un investissement accru dans les technologies de transformation.   

Quê Anh/CVN




 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Escapade au temple Dô à Bac Ninh

Une conférence nationale sur le tourisme prévue à Quang Nam Le Premier ministre Nguyên Xuân Phuc a accepté la proposition d'organiser la Conférence nationale sur le tourisme dans la province de Quang Nam (Centre), afin de passer en revue les développements récents de l'industrie du tourisme, et de proposer des mesures pour l'aider à se redresser.