06/05/2019 11:44
Les violences se sont intensifiées dimanche 5 mai au deuxième jour d'une escalade entre Israël et les groupes armés de la bande de Gaza, les tirs de roquettes palestiniens et la riposte d'Israël ayant tué quatre personnes côté israélien et 23 Palestiniens depuis samedi 4 mai.
>>Gaza: quatre Palestiniens tués dans un raid israélien et des affrontements
>>Le plan de paix israélo-palestinien de Trump dévoilé après le ramadan

Des restes d'un immeuble touché par un raid aérien israélien à Gaza.
Photo: AFP/VNA/CVN

Dix-neuf Palestiniens ont été tués au cours de la seule journée de dimanche 5 mai, a indiqué le ministère de la Santé.

Au deuxième jour d'un accès de fièvre qui fait craindre un nouveau conflit, les deux camps n'ont donné aucun signe de désarmer.

Dizaines de nouveaux tirs de roquettes dans la soirée sur le territoire israélien en provenance de l'enclave palestinienne, coincée entre Israël, Égypte et Méditerranée.

L'armée israélienne a de son côté poursuivi ses vagues de frappes sur la bande de Gaza, visant le Hamas et le Jihad islamique, les deux principaux groupes armés de l'enclave.

Le chef du Hamas, Ismaïl Haniyé, a indiqué dans une déclaration dimanche soir  5 mai qu'un "retour à une accalmie est possible" si Israël s'engage à observer un "cessez-le-feu total". Sans cela, on risque "plusieurs cycles de confrontation", a-t-il ajouté.

Cette langue de terre éprouvée par les conflits, la pauvreté et l'enfermement est le théâtre d'une énième escalade des tensions depuis la guerre meurtrière de 2014 entre Israël et les groupes armés palestiniens.

Quelque 600 roquettes ont été tirées depuis samedi 4 mai de Gaza, dont 510 ont atteint le territoire israélien, et 35 sont tombées dans des zones urbaines, selon un décompte de l'armée israélienne.

Appel de l'ONU

Ces violences remettent en cause une trêve fragile observée depuis fin mars entre Israël et le Hamas et ses alliés, qui se sont livré trois guerres dans l'enclave depuis 2008.

Le voisin égyptien, intercesseur historique entre Israël et Palestiniens, ainsi que l'Organisation des Nations unies (ONU) s'emploient à une médiation pour faire retomber la tension, alors que le ramadan commence dans les jours à venir.

Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, a appelé dimanche 5 mai à "une retenue maximale" et à une "désescalade immédiate".

L'envoyé des Nations unies pour le Proche-Orient, Nickolay Mladenov, "travaille étroitement avec l'Égypte et tous ceux concernés pour restaurer le calme", selon un communiqué de l'ONU.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découverte d’un village de broderie centenaire à Nam Dinh

Le tourisme sur l'île de Phu Quy connaît un bel essor Le district de Phu Quy, dans la province de Binh Thuân au Centre, dispose d'un fort potentiel dans le développement de l'économie maritime, notamment le tourisme, grâce à ses conditions naturelles favorables et à ses paysages magnifiques.