15/05/2021 14:00
Bao La est l'un des deux villages de vannerie de la province de Thua Thiên-Huê (Centre). Après des hauts et bas, cet artisanat est actuellement en essor, avec l'espoir de faire du lieu un site touristique populaire.
>>L’artisanat vietnamien en fête dans l’ancienne capitale de Huê
>>Développer les villages de métiers traditionnels en association avec le tourisme

Exposition des produits de vannerie au soleil dans le village de Bao La, province de Thua Thiên-Huê (Centre). 

Situé au bord nord de la rivière Bô du district de Quang Diên, province de Thua Thiên-Huê (Centre), le village de Bao La est composé des communes de Dinh, Hop, Dông, Câu, Chùa et une partie de la zone de sable aux alentours de la lagune de Tam Giang.

Selon des habitants âgés de la localité, la vannerie y date d'il y a plus de 600 ans. Autrefois, tous les villageois la pratiquaient.

Après les semis et récoltes du riz, on se met à la vannerie. Tout le monde, des plus jeunes aux plus âgés, peut y participer, en fonction de chaque étape. Les produits sont variés : des vans ou paniers aux sacs, en passant par les couvre-plateaux.

Un travail minutieux

Cet artisanat comprend différentes étapes : la séparation des tiges de bambou en fibres, le montage, la fixation, l’exécution de la bordure.

Concrètement, il faut d'abord couper les tiges de bambou, les tailles étant déterminées en fonction de celles des produits finis. Puis, on les sépare en fibres et les rend épais et/ou fins avec un couteau. Vient ensuite le montage des fibres qui détermine la structure du produit. Après, on les fixe en les entrelaçant les uns et les autres de façon plus ou moins complexe. On termine le corps du produit par une bordure. Cette dernière, constituée d’un ou différents cercles, est collée aux cimes des montants.

D'après Nguyên Lo, un villageois de 86 ans, la vannerie n’est pas dure mais exige une grande minutie. En plus, l’habileté des artisans détermine la qualité des produits.

Il y a un demi-siècle, quand le marché n'était pas dominé par les produits en plastique, c'était la période d'or des produits de vannerie. Depuis le marché de Dông Ba à Huê, les produits fabriqués au village de Bao La partaient aux quatre coins du pays. L’apparition des produits en plastique, avec des modèles diversifiés et des prix abordables, a bouleversé l'artisanat. C’est pour cette raison qu’a vu le jour la Coopérative de vannerie de Bao La. 

Selon son directeur Vo Van Dinh, vu que les produits du village n’étaient plus prisés, ses habitants ont dû chercher d'autres emplois pour gagner leur vie. Avec quatre autres personnes, il a décidé de fonder en 2007 la coopérative. "À l’époque, nous n'avions pas de capital. Alors, nous avons emprunté à la banque en hypothéquant nos maisons. En plus, nous avons dû faire d’un coin de la maison commune le siège de la coopérative", se souvient-il.

Avant d'ajouter que son établissement s'est fixé comme objectif de diversifier les produits proposés et de changer les manières de fonctionnement pour retenir la clientèle.

Le montage des fibres de bambou, l’une des étapes de la vannerie du village de Bao La, province de Thua Thiên-Huê.

Promotion de l'artisanat
rime avec développement du tourisme


La fondation de la Coopérative de vannerie de Bao La est une nouvelle piste pour la résurrection du métier traditionnel. Elle totalise 130 membres dont 80 travaillent au siège et le reste à domicile, chacun gagnant mensuellement de 3,5 à 4,5 millions de dôngs. Si au début, il était difficile de trouver des débouchés, à l'heure actuelle, elle a signé de nombreux contrats avec des partenaires pour exporter ses produits. Ces derniers, bien variés, comprennent désormais plus de 500 types, dont des verres de lampe de différents formes et tailles appréciés des hôtels, cafés et touristes.

Les vanneries de Bao La sont présentées à différentes foires à l'échelle provinciale et nationale, contribuant à l'élargissement du marché.

D'après Pham Van Loi, président du Comité populaire de la commune de Quang Phu, du district de Quang Diên, la province a aidé la Coopérative de vannerie de Bao La à bâtir un espace d’exposition d'un ha de ses produits. "Nous tentons de créer un autre espace, qui sera un atelier de découverte de l'artisanat. En tant que dirigeants, nous désirons signer directement des contrats avec les partenaires pour la fourniture directe des produits, et non par l’intermédiaire d’une partie tierce comme maintenant", insiste-t-il.

Le Service du tourisme de Thua Thiên-Huê envisage d'inscrire Bao La dans la liste des destinations touristiques de la province. Plusieurs voyagistes ont déjà proposé le village dans le cadre de leurs circuits. Et pourtant, le nombre de visiteurs reste peu élevé.

Selon Vo Van Dinh, il faut valoriser et profiter du mieux possible de l’expertise et des connaissances des vanniers locaux. En plus, il est nécessaire, par des politiques et mesures spéciales, d’attirer les jeunes vers ce métier traditionnel.

La conception des produits est toujours prioritaire, avec comme mots d’ordre beauté et fonctionnalité. Bao La est un exemple d'adaptation et de développement économique dans un nouveau contexte. Souhaitons que dans un proche avenir, le village deviendra une destination touristique populaire.

Texte et photos : Thúy Quynh - Dac Thành/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le photographe Lâm Duc Hiên, la mémoire du Mékong

Destinations attrayantes de la province de Thanh Hoa Outre ses belles plages, la province de Thanh Hoa (Centre) regorge de destinations attrayantes, comme la réserve naturelle de Pu Lông et le parc national de Bên En.