14/03/2017 10:23
La Turquie imposera des sanctions politiques aux Pays-Bas, a annoncé tard lundi 13 mars le vice-Premier ministre Numan Kurtulmus après que les autorités néerlandaises eurent interdit aux hommes politiques turcs d'organiser des rassemblements à Rotterdam en faveur d'un référendum sur les amendements de la Constitution.
>>La crise entre Turquie et Pays-Bas s'envenime

Des manifestants devant le consulat turc à Rotterdam, le 11 mars.
Photo : AFP/VNA/CVN

Dans l'immédiat, les sanctions s'inscriront dans le cadre politique, a affirmé devant la presse le vice-Premier ministre turc Numan Kurtulmus à l'issue d'une réunion du gouvernement au cours de laquelle les mesures contre le gouvernement néerlandais ont été abordées.

L'ambassadeur des Pays-Bas en Turquie, qui, actuellement, ne se trouve pas dans ce pays, ne sera pas autorisé à y retourner avant que les Pays-Bas ne répondent aux demandes d'Ankara, a souligné le vice-Premier ministre turc.

Le gouvernement turc suspendra "les relations de haut niveau et toutes les réunions prévues" avec les Pays-Bas, a-t-il poursuivi, ajoutant que les vols diplomatiques en faveur des responsables néerlandais sont également annulés.

Par ailleurs, le gouvernement turc proposera au Parlement de disperser un groupe d'amitié Turquie-Pays-Bas, a poursuivi M. Kurtulmus.

Les tensions entre les deux pays sont montées d'un cran le week-end après que le gouvernement des Pays-Bas eut annulé l'autorisation de vol accordée au ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu et empêché la ministre turque de la Famille, Fatma Betul Sayan Kayan d'entrer au consulat turc à Rotterdam.

Xinhua/VNA/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Châu Dôc: Vers la diversification des offres touristiques La ville de Châu Dôc, dans la province d’An Giang (Sud) bénéficie de conditions naturelles favorables au développement des services. Elle se focalise actuellement sur l’enrichissement de l’offre touristique, notamment sur le plan spirituel et culturel, en invitant des investisseurs à s’y intéresser pour développer infrastructures routières, lieu de résidence... en vue d’accueillir de plus en plus de pèlerins sur cette terre sacrée.