10/07/2018 10:21
La Tunisie a enterré lundi 9 juillet les six membres des forces de sécurité tués la veille dans l'Ouest du pays, lors de l'opération jihadiste la plus sanglante depuis la série d'attaques de 2015 et début 2016, revendiquée par Al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi).

>>Tunisie: six membres des forces de sécurité tués dans une attaque
>>La Tunisie tient sa responsabilité à représenter l'Afrique à l'ONU
>>La Tunisie lance une stratégie nationale à l'horizon 2050 pour mieux maîtriser de l'eau

Enterrement d'un policier tunisien tué dans une attentat jihadiste à Tunis, le 9 juille.
Photo: AFP/VNA/CVN


Après une cérémonie en présence du ministre de l'Intérieur sur une base de la Garde nationale près de Tunis, les enterrements ont rassemblé des centaines de personnes chacun en plusieurs points du pays.

À Douar Hicher, une banlieue populaire de Tunis où la police annonce régulièrement des arrestations d'extrémistes, la dépouille d'un jeune policier, Arbi Guizeni, a ainsi été accompagnée par un important cortège, en tête duquel se trouvaient des membres des forces de sécurité en cagoule et armes à la main.

Dans la maison qu'il était en train de faire construire, sa mère, veuve, s'est effondrée sur le cercueil de son fils, pilier de cette famille très modeste.

Les six agents de la Garde nationale ont été tués, et trois autres blessés, lorsque leurs voitures ont été attaquées dimanche matin 8 juillet avec un engin explosif artisanal près de la frontière avec l'Algérie, dans le secteur de Ain Sultan, dans le gouvernorat de Jendouba.

Les trois policiers blessés sont "dans un état stable", selon le porte-parole de la Garde nationale, le colonel Houssemeddine Jebabli.

Il a précisé que les opérations de recherches lancées dimanche 8 juillet avec l'armée se poursuivaient.

La branche tunisienne du groupe jihadiste Aqmi, Okba ibn Nafaa, a revendiqué l'attaque et affirmé avoir saisi plusieurs armes, selon le centre américain de surveillance des sites jihadistes SITE.

Des collègues de l'un des six membres des forces de l'ordre tués dans le Nord-Ouest de la Tunisie au cours d'une attaque "terroriste", le 8 juillet à l'hôpital Charles Nicole de Tunis.
Photo: AFP/VNA/CVN


Crise politique

Cette attaque risque d'accentuer la crise politique profonde que traverse la Tunisie, où le Premier ministre Youssef Chahed fait face à une offensive au sein de son propre camp.

"Nous allons venger nos héros", a déclaré M. Chahed, tout en soulignant que "la situation sécuritaire est sous contrôle".

"La guerre contre le terrorisme (...) nécessite le renforcement de l'institution militaire loin des calculs étroits", a indiqué son parti, Nidaa Tounès, dans un communiqué signé du principal rival de Youssef Chahed, Hafedh Caïd Essebsi, le fils du président de la République.

M. Chahed a récemment limogé le ministre de l'Intérieur et des dizaines de responsables du ministère ont été démis de leur fonctions sans explication précise.

Le président Béji Caïd Essebsi, qui s'est rendu au chevet des policiers blessés lundi soir 9 juillet, a appelé à l'unité dans ses premières déclarations depuis l'attaque, assurant à la télévision "on veut que le peuple soit solidaire, ce qui n'est pas le cas".

Il a annoncé qu'il présiderait un conseil de sécurité mardi 10 juillet pour faire la lumière sur l'attaque.

À Sidi Bouzid, dans le Centre tunisien, des dizaines de policiers ont manifesté pour réclamer davantage de moyens.

Des heurts ont régulièrement lieu à la frontière algérienne mais c'est la première fois depuis plus de deux ans que les forces de l'ordre essuient de telles pertes.

La dernière attaque de grande ampleur en Tunisie remonte à mars 2016, lorsque des jihadistes avaient lancé des opérations coordonnées contre des installations sécuritaires de Ben Guerdane, près de la Libye, entraînant la mort de 13 membres des forces de l'ordre et sept civils.

Bien que perpétrée dans une zone montagneuse, loin du littoral touristique, cette attaque intervient à un moment sensible pour ce pays qui fut le pionnier des Printemps arabes en 2011.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Capturer de beaux moments avec les marguerites Daisy de Hanoï Entre la mi-novembre et la mi-décembre, quand Hanoï ressent les premiers vents hivernaux, c’est la pleine saison des marguerites Daisy (Astéracées). En cette période, ce serait une faute de goût de ne pas acheter un bouquet. Mais pour une expérience plus romantique, rien ne vaut une balade dans un champ de fleurs en banlieue.