30/03/2021 11:21
La troisième vague de l'épidémie de COVID-19 est pire que la deuxième pour le nombre de malades en réanimation : le pic de l'automne a été dépassé lundi 29 mars, apportant de l'eau au moulin de ceux qui réclament un durcissement des restrictions sanitaires.
>>L'OMS suit la piste d'un animal intermédiaire, la France au pied du mur
>>Près de 90% des lits de réanimation occupés en France

Préparation d'une dose de vaccin Pfizer/BioNTech le 29 mars au Palais des sports de Lyon devenu centre de vaccination.
Photo : AFP/VNA/CVN

À deux jours d'un conseil de défense sanitaire décisif autour du chef de l'État, il y a 4.974 malades du COVID-19 en réanimation en France, contre 4.903 le 16 novembre, au pic de la deuxième vague, selon l'agence sanitaire Santé publique France.

On reste nettement en-dessous du pic de la première vague, au printemps 2020 (environ 7.000 malades en réa). Mais les médecins font valoir que cette fois, les transferts de patients dans d'autres régions sont plus difficiles, notamment face au refus des familles.

En comptant les malades du COVID et les autres, près de 9 lits de réanimation sur 10 (6.833 sur 7.665 à la date du 26 mars) sont actuellement occupés en France, selon d'autres chiffres communiqués par le ministère de la Santé.

Dans deux tribunes distinctes au JDD et au Monde, des médecins hospitaliers ont alerté sur ce remplissage des réanimations, craignant que cela ne les oblige à trier les patients faute d'un nombre de lits suffisant pour les accueillir tous.

"Choix terribles

Le service de réanimation de l'hôpital Cochin à Paris le 18 mars. 
Photo : AFP/VNA/CVN

Des "choix terribles pour les soignants" que le ministre de la Santé, Olivier Véran, a assuré vouloir leur éviter, lors d'un entretien dimanche soir 28 mars avec ces directeurs médicaux de crise, a rapporté son entourage.

"Le ministre a rappelé qu'il fallait vérifier ce que les mesures déjà mises en place avaient comme impact sur la réa, et que si cet impact était jugé insuffisant pour passer le cap difficile des trois prochaines semaines, le gouvernement serait amené à prendre rapidement des mesures supplémentaires", a-t-on expliqué de même source.

Selon les dernières données de Santé publique France, arrêtées à jeudi 25 mars, le taux d'incidence a encore grimpé en Île-de-France à 640 nouveaux cas pour 100.000 habitants sur sept jours, tout comme dans les Hauts-de-France, à 502. Désormais, 57 départements ont un taux d'incidence supérieur au seuil d'alerte maximale (250) des autorités sanitaires, contre 42 cinq jours plus tôt, et seulement 23 au 10 mars.

La semaine dernière, plus de 2.000 décès de malades du COVID-19 ont encore été enregistrés à l'hôpital ou dans les Ehpad.

Et la flambée épidémique -entre 40.000 à 50.000 patients testés positifs chaque jour la semaine dernière- n'augure pas d'une baisse immédiate des entrées à l'hôpital. Au total, 28.322 patients infectés par le coronavirus sont actuellement hospitalisés dans le pays, selon Santé publique France.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’art au cœur du développement urbain de Hanoi

Une palette de programmes promotionnels chez Saigontourist Les établissements membres de Saigontourist proposent des programmes promotionnels du 1er avril au 30 juin. Des réductions allant jusqu’à 60% sont appliquées sur les tarifs de chambres, en plus d’autres services à prix cassés.