04/03/2020 17:39
Le Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-o-cha a présenté mardi 3 mars de nouvelles mesures à son gouvernement pour lutter contre l'épidémie de COVID-19.
>>La Thaïlande confirme le premier décès lié au COVID-19
>>Chine et Thaïlande s'engagent à coopérer pour lutter contre l’épidémie

Des Thaïlandais portent des masques de protection.
Photo : AFP/VNA/CVN

Le porte-parole du gouvernement thaïlandais, Narumon Pinyosinwat, a déclaré que les officiels de l'État devaient suspendre ou reporter les visites de travail dans les pays et régions où le virus se propage. S'ils ne peuvent pas annuler les visites, ils ont besoin de l'autorisation de leurs chefs ou des organes concernés pour partir en voyage.

Les employés de l'État qui sont rentrés en Thaïlande de pays et régions à risque ou qui ont transité par ces lieux ou sont soupçonnés d'avoir contracté le virus, peuvent travailler chez eux pendant 14 jours pour observer leur état.

Un centre d'information sera mis en place à la Maison du gouvernement thaïlandais (Thai Government House) pour collecter les informations de toutes les agences, recevoir des commentaires et fournir des informations exactes au public concernant le COVID-19.

Le ministère du Commerce doit empêcher la thésaurisation de produits tels que les gels et les masques de protection, à la fois en ligne et dans les magasins.

Les agences de transport et les autorités administratives locales doivent contrôler strictement les passagers dans les zones clés telles que les aéroports, les gares et les stations de bus.

Le ministère du Travail et le ministère des Affaires étrangères doivent surveiller de près les Thaïlandais vivant dans les pays et régions touchés par le virus.

Les ministères de l'Intérieur et de la Défense prépareront des lieux de mise en quarantaine et observeront l'état des personnes de retour en Thaïlande ou qui sont soupçonnées d'avoir été infectées.

Enfin, les agences publiques devront coopérer avec les entreprises privées pour éviter ou reporter des activités qui entraîneront un rassemblement massif de personnes.

Le gouvernement thaïlandais a déclaré que l'épidémie de COVID-19 constituait une urgence après qu'elle a été désignée maladie transmissible dangereuse le 24 février.

Aujourd’hui, mercredi 4 mars, le Premier ministre thaïlandais Prayut Chan-o-cha a convoqué une réunion d'urgence pour discuter de la possibilité de rapatrier environ 10.000 personnes thaïlandaises travaillant illégalement en République de Corée pour échapper à la propagation du virus SARS-CoV-2.

Prayut Chan-o-cha a déclaré que le nombre de personnes autorisées à rentrer chez eux n’était pas clair, et que la République de Corée mettra les travailleurs en quarantaine pendant 14 jours avant de les laisser rentrer en Thaïlande. Dès leur retour en Thaïlande, ils devront rester à la maison en auto-quarantaine durant 14 jours supplémentaires.

Selon le ministère thaïlandais des Affaires étrangères, le Bureau d'immigration de la République de Corée a annoncé que plus de 5.000 Thaïlandais avaient exprimé au bureau la volonté de rentrer chez eux depuis décembre 2019 au 1er mars 2020.

Au moins 140.000 Thaïlandais travaillent illégalement en République de Corée alors qu’environ 20.000 autres y travaillent légalement, selon les statistiques de la presse.

VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

La pagode Bút Tháp, chef-d’œuvre d’architecture Dans le petit village de Dinh Tô, à 25 km au nord-est de Hanoï, se trouve un des plus vieux lieux de culte bouddhiste du Vietnam : la pagode Bút Tháp, littéralement la pagode de la Tour du pinceau. Véritable bijou architectural, sa visite s’impose.