11/04/2018 11:29
La startup de messagerie cryptée professionnelle Symphony, fondée en 2014 aux États-Unis par le Français David Gurlé, a levé 67 millions de dollars auprès de plusieurs investisseurs, a-t-elle annoncé mardi 10 avril dans un communiqué.
>>Blackstone acquiert une participation majoritaire dans Thomson Reuters Finance

La messagerie cryptée Symphony revendique plus de 320.000 utilisateurs chez 300 entreprises clientes. Photo : AFP/VNA/CVN

La banque Barclays, Bpifrance, la banque d'investissement basée à Hong Kong  (CLSA) se sont joints à des investisseurs déjà présents pour cette nouvelle opération, qui porte le total des fonds collectés par la société à plus de 300 millions de dollars. Symphony, qui emploie plus de 240 personnes et est basée à Palo Alto (Californie), est considérée comme une "licorne", c'est à dire une société non cotée dont la valeur potentielle sur le marché est estimée à plus d'un milliard de dollars.

Sa messagerie cryptée revendique plus de 320.000 utilisateurs chez 300 entreprises clientes, essentiellement des professionnels de la finance dans les salles de marché à la recherche de confidentialité dans leurs échanges. L'entreprise cherche actuellement à diversifier ses marchés, en s'implantant également chez les assureurs, dans le milieu de la santé, les grands cabinets d'avocats, voire la justice ou la défense.

Symphony a annoncé il y a quelques mois qu'elle allait installer un bureau de recherche et développement à Sophia Antipolis (Alpes-Maritimes). Elle compte employer une trentaine de personnes d'ici à la fin 2018 et une centaine de personnes ensuite. Les chercheurs se consacreront plus particulièrement à l'intelligence artificielle.  David Gurlé avait fondé Symphony en 2014, après une carrière qui l'a conduit notamment chez Microsoft et Skype.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Banh cuôn au fruit de dragon – un plat irrésistible à déguster

Le Vietnam sera le premier candidat à la Lorsque les pays lèveront la fermeture de leurs frontières, le Vietnam sera le premier candidat à la "bulle touristique" internationale grâce à son succès dans le contrôle de l’épidémie.