21/07/2019 09:55
Au lieu du planning familial, le pays se concentre actuellement sur la qualité de la démographie et du développement. Assurer la santé des nouveau-nés demeure au cœur des priorités et préoccupations.
>>Le Vietnam passe le cap des 96 millions d’habitants
>>Rééquilibrage des sexes à Hô Chi Minh-Ville
>>La Journée mondiale de la population 2019 célébrée au Vietnam

Soins aux nouveau-nés à l’Hôpital central de gynécologie et d’obstétrique de Hanoï.
Photo: Duong Ngoc/VNA/CVN

La santé des nouveau-nés est l’un des premiers critères pour évaluer la qualité de vie d’une population. Ces dernières années, dans le but d’éveiller la conscience des habitants sur la santé génésique, le Département général de la démographie et du planning familial (ministère de la Santé) a développé, en coopération avec les localités, le modèle "Conseils et consultations médicales prénuptiales".

Mis en œuvre depuis 2013 dans toutes les villes et provinces, ce programme permet d’accéder à de nombreuses informations et consultations médicales prénuptiales, grâce à l’aide de centaines de milliers de membres. Ces derniers contribuent à faire connaître les soins de santé génésique auprès du jeune public afin de réduire le taux de nouveau-nés malformés.

Par ailleurs, une campagne de dépistage et de diagnostic prénatal a été réalisée dans 9.547 communes et 634 arron-dissements des 63 villes et provinces. Un dispositif qui permet à 25% des femmes enceintes et 35% des nouveau-nés de bénéficier de services de dépistage et de traitements médicaux appropriés. Cependant, le dépistage médical prénatal n’est pas toujours effectué efficacement dans certaines grandes villes. Dans de nombreuses localités en situation difficile ou reculées, le taux de femmes enceintes bénéficiant de soins reste limité. De plus, ce programme de dépistage médical prénatal ne semble pas faire l’unanimité auprès de toutes les femmes enceintes, surtout en zone rurale.

D’autres paramètres sont à prendre en compte dans la réalisation optimale de cette initiative. Il s’avère que le nombre de médecins dans les hôpitaux de ressort local reste faible par rapport aux besoins. Aussi, ces professionnels de la santé ne disposent pas toujours des connaissances et compétences professionnelles requises pour prendre en charge ce dispositif. Néanmoins, certains grands centres médicaux peuvent dépister jusqu’à 33 types de pathologie liés aux problèmes survenant à la naissance.

Le vice-ministre de la Santé, Nguyên Viêt Tiên, informe que parmi plus d’un million de naissances chaque année, environ 22.000-30.000 sont atteints de malformations congénitales, soit 1,5% à 2% de la population. Parmi les malformations les plus courantes, on retrouve les syndromes de Down, d’Ewards, des anomalies du tube neural, l’hypothyroïdie congénitale, le déficit en G6PD, l’hyperplasie congénitale des surrénales… Aujourd’hui, grâce au progrès médical, les Vietnamiennes peuvent bénéficier des avancées scientifiques pour faire le dépistage prénatal et néonatal dans l’ensemble du pays. 

À l’horizon 2030, le secteur de la santé prévoit que 70% des femmes enceintes puissent faire le dépistage prénatal concernant les quatre pathologies les plus fréquentes. Par ailleurs, 90% d’entre elles pourront également faire passer d’autres tests à leurs nouveau-nés, sur les cinq maladies les plus répandues.

Nouvelle ère démographique

Sensibilisation à la santé génésique à Gia Lai (hauts plateaux du Centre).
Photo: Duong Ngoc/VNA/CVN

 
La Résolution N°21 du Comité central du Parti communiste du Vietnam (XIIe mandat) stipule que “l’objectif principal des politiques démographiques concerne la qualité de vie et le développement des habitants. C’est pourquoi, il faut mettre l’accent sur la dimension, la structure, la distribution et surtout la qualité démographique. Les activités démographiques doivent être liées aux problématiques socio-économiques en assurant la défense, la sécurité et un développement rapide et durable”.  

Pour la ministre de la Santé, Nguyên Thi Kim Tiên, cette résolution contribue à “ouvrir un nouveau chapitre pour le secteur démographique”. Tandis que  Nguyên Doan Tu, chef du Département général de la démographie et du planning familial, l’a qualifiée de “grand projet du Parti pour la démographie à l’échelle nationale”.

C’est maintenant l’heure de la mise en œuvre de cette résolution pour un développement démo-graphique de qualité et durable.
Huong Linh/CVN

 
Le Vietnam passe le cap
des 96 millions d’habitants

Selon les résultats préliminaires du recensement national de la population et du logement en 2019, la population vietnamienne a, depuis le 1er avril 2019, augmenté de 10,4 millions d’habitants, atteignant le chiffre de 96,2 millions. Le Vietnam reste le 3e pays le plus peuplé de l’ASEAN, après l’Indonésie et les Philippines. Il se situe 15e du classement des pays les plus peuplés au monde, soit un recul de deux places par rapport à 2009.  On compte aujourd’hui 99,1 hommes pour 100 femmes au Vietnam avec un sex-ratio oscillant entre 96,5 hommes pour 100 femmes dans les régions urbaines et 100,5 hommes pour 100 femmes dans les régions rurales. La densité s’élève à 290 habitants au kilomètre carré, soit une hausse de 31 habitants par rapport à 2009. Hanoï et Hô Chi Minh-Ville tiennent le haut du pavé, avec, respectivement, 2.398 et 4.363 habitants au kilomètre carré.
 

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Découvrir les secrets de fabrication des gâteaux de lune

Des évolutions sur la carte des voyages en Asie Beaucoup de touristes sud-coréens et chinois abandonnent de plus en plus leurs destinations préférées d'auparavant telles que le Japon et Hong Kong (Chine) pour se tourner vers les pays d'Asie du Sud-Est.