15/07/2018 10:47
Côn Dao, en Mer Orientale, est un des fiefs des salanganes, ces sortes d’hirondelles marines qui produisent un nid de salive. Une denrée difficile à récolter qui se négocie à prix d’or en Asie.
>>Les produits Yên Sào de Khanh Hoa présents en R. de Corée
>>Les nids d'hirondelles, futur produit d'exportation majeur

D’ordinaire, la saison de reproduction d’un couple de salanganes totalise 102 jours.
Photo: Hà Giang/CVN

Le district insulaire de Côn Dao, province de Bà Ria - Vung Tàu (Sud), est un archipel de 16 îles et îlots d’une superficie de 76 km². Là, sur les voûtes élevées des cavernes, les salanganes font leurs nids avec leur salive. Ces nids blancs, de la taille d’une feuille, de haute valeur nutritive, sont connus sous le nom de “nids d’hirondelle”. Un don du ciel pour les autochtones, qui l’exploitent depuis des lustres et qu’ils surnomment, à juste titre, l’"or blanc". Autrefois mets de rois et d’empereurs, et pas seulement au Vietnam, on leur prête diverses vertus, médicinales, nutritionnelles, aphrodisiaques.

Appelé île de Poulo Condor durant la période coloniale (avant 1954), Côn Dao dénombre treize cavernes abritant des colonies de salanganes, plus précisément sur les îlots de Bông Lan, Hon Tho, Hon Cau, Tre Nho, Bay Canh, la baie Dâm Tre, le promontoire de Viêt Minh… Au total, une dizaine de milliers de volatiles.  

La cueillette des nids de salanganes

De l’île de Côn Son, les visiteurs peuvent faire une balade en mer qui les amènera au pied des parois rocheuses où nichent les salanganes. Ce qui frappe au premier abord, ce sont les miradors accrochés aux falaises. "Les gardiens sont présents 24 heures sur 24 pour assurer la sécurité des salanganes", explique le guide local. En 2011, le Centre des nids d’hirondelles de Côn Dao a été créé, fruit d’une coopération entre le Parc national de Côn Dao et la Compagnie des nids d’hirondelles de Khanh Hoà (Centre). Sa mission est de gérer, exploiter, protéger et développer les colonies de salanganes.

Les gardiens sont deux ou trois par caverne. Leur travail consiste à protéger les oiseaux contre les éléments naturels (pluie, soleil, vagues), les prédateurs naturels et les braconniers. "Je suis content d’être gardien. Notre mission est difficile car les conditions de vie sont précaires. Mais notre joie est de voir les colonies vivre en paix et se développer d’une année à l’autre", confie Pham Duy Ân, chef du groupe des gardiens. 

Les salanganes font leurs nids avec leur salive.
Photo: Hà Giang/CVN

Les salanganes choisissent les falaises abruptes ou les voûtes élevées des cavernes pour installer leur nid, à l’abri du vent, de la pluie et du soleil. Les cueilleurs doivent être courageux, agiles, expérimentés et… ne pas avoir le vertige. Au moyen d’échafaudages de bambou, ils se hissent jusqu’aux nids. Chaque année, on procède à deux récoltes. Les nids sont emballés avec soin avant d’être envoyés vers le continent où ils sont traités. En moyenne, chaque récolte donne 20-30 kg de nids, qui rapportent des milliards de dôngs.  

Préserver la poule aux œufs d’or

Les salanganes peuvent se reproduire  à l’âge d’un an. Deux fois par an, les couples construisent un nid et pondent deux œufs. La saison de reproduction va de mars à août. Le couple procède tout d’abord à la construction du nid avec leur salive. En l’espace d’un mois, le nid est achevé. De couleur opalescente, en forme de demi-lune, il mesure entre 35 et 70 mm. L’incubation dure 22-24 jours environ, et l’éle-vage des jeunes 40-45 jours. D’ordinaire, la saison de reproduction d’un couple de salanganes totalise 102 jours.  Fin mai, lorsque les jeunes ont pris leur envol, on procède à la première récolte, après laquelle les couples reconstruisent un nid pour une deuxième nichée.

Ces dernières années, le Centre des nids d’hirondelles de Côn Dao a mis en œuvre un projet intitulé "Processus technologique et technique d’incubation artificielle et d’élevage des salanganes". Désormais, la période de cueillette des nids peut s’effectuer plus tôt, sans attendre l’éclosion des œufs. Lors du ramassage des nids, les œufs sont aussi prélevés puis placés en incubateurs. "Les petits salanganes sont ensuite élevés dans des conditions semi-naturelles puis relâchées dans les îlots de Côn Dao", éclaire Vo Van Cam, chef du Service technique de la Compagnie des nids d’hirondelles de Khanh Hoà.

Les salanganes sont un des piliers économiques de Côn Dao. Pas étonnant donc qu’un projet de conservation et de développement des colonies y soit en cours de déploiement. Entre tourisme de masse et exploitation des nids, l’avenir de l’archipel est plus que prometteur.
 
Nghia Dàn/CVN 


Un label vietnamien reconnu et apprécié

Baigné par la Mer Orientale sur 3.260 km, le Vietnam est, avec d’autres pays d’Asie du Sud-est, une terre à salanganes. Outre Côn Dao, nombre de provinces du Centre ont des colonies, qui produisent des nids renommés à l’international: Khanh Hoà, Quang Nam, Quang Ngai, Binh Dinh, Phu Yên, Ninh Thuân, Quang Binh. 

À noter aussi que certaines entreprises et même des particuliers ont réussi à faire se reproduire des salanganes dans des zones artificielles pour faciliter la récolte des nids et accroître la production de ce produit aux multiples vertus. Moins riche que les nids sauvages, ils restent néanmoins de très bonne qualité.
 



 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Luang Prabang, Udon Thani et Quang Ninh: un triangle de patrimoines mondiaux La promotion du triangle de patrimoines mondiaux lors d’un forum commun a offert des opportunités de développement des produits touristiques empreints des particularités culturelles de chaque pays, contribuant ainsi à créer des circuits attrayants, notamment pour les touristes venant d’Europe et d’Amérique du Nord.