06/08/2018 08:45
La République populaire démocratique de Corée (RPDC) condamne le renouvellement d'un accord de coopération nucléaire américano-japonais vieux de 30 ans, y voyant des "crimes contre l'homme et contre la paix", a rapporté dimanche 5 août le quotidien Rodong Sinmun, organe officiel du Parti des travailleurs de Corée.
>>Japon: Tepco relance les pubs TV pour la première fois depuis l'accident de Fukushima
>>Les stocks de plutonium du Japon, un problème international

La centrale nucléaire de Takahama, à 350 km à l'ouest de Tokyo, le 6 juin 2017 au Japon. Photo : AFP/VNA/CVN

Dans un Livre Blanc publié par le Comité coréen pour la paix en Asie-Pacifique (KAPPC), Pyongyang accuse les États-Unis d'avoir une politique de deux poids deux mesures en matière de nucléaire selon qu'il s'agisse de la RPDC ou du Japon.

Le mois dernier, les États-Unis et le Japon ont prolongé leur accord de coopération nucléaire, ce dernier se voyant accorder le droit d'extraire du plutonium et d'enrichir de l'uranium via le recyclage de combustible nucléaire usagé, à condition que cette pratique ne soit utilisée qu'à des fins civiles.

"Les réactionnaires japonais ont encouragé ces 30 dernières années le stockage de plutonium à des fins militaires" grâce à cet accord, dénonce le livre blanc. "Le volume total de plutonium stocké dans le monde s'élève pour l'heure à 518 tonnes, dont 47 au Japon", note-t-il.

Le KAPPC ajoute que si les États-Unis souhaitent une dénucléarisation de la péninsule coréenne, ils devraient se pencher sur les ambitions nippones en matière de nucléaire militaire et évaluer la situation d'un "point de vue impartial".

Cet accord nucléaire entré en vigueur en juillet 1988 est arrivé à échéance le 16 juillet dernier. Tokyo et Washington ne l'ayant pas dénoncé, il a été automatiquement renouvelé. 

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le Musée des beaux-arts de Hô Chi Minh-Ville, destination favorite des touristes

La BAD aide le Vietnam à développer le tourisme dans ses villes secondaires La Banque asiatique de développement (BAD) a annoncé lundi 10 décembre qu’elle avait approuvé un prêt de 45 millions de dollars pour aider le Vietnam à transformer ses villes secondaires en destinations touristiques plus compétitives et plus inclusives sur le plan économique.