20/08/2017 15:17
La RPD de Corée a averti les États-Unis qu'ils ne feraient que "jeter de l'huile sur le feu" avec des manœuvres militaires qui commencent lundi 21 août alors que les tensions entre Washington et Pyongyang atteignent des sommets.

>>Kim Jong-Un met sur pause le projet de tirs vers Guam
>>Donald Trump monte au créneau pour défendre Guam face à la RPDC
>>Trump maintient la pression sur la RPDC, se dit prêt à frapper

Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un. Photo : Reuteurs/VNA/CVN


Pyongyang a testé deux missiles balistiques intercontinentaux (ICBM) en juillet, qui semblent mettre à sa portée une bonne partie du continent américain. En réaction, le président américain Donald Trump a menacé de déchaîner "le feu et la colère" sur le Nord.

À quoi Pyongyang a répliqué en promettant de tirer une salve de missiles à 
proximité du territoire américain de Guam, dans le Pacifique. Le dirigeant nord-coréen Kim Jong-Un a mis ce projet sur pause, mais prévenu que sa mise à exécution ne dépendait que du comportement de Washington.

Or, Séoul et Washington entament lundi 21 
août leur exercice militaire conjoint annuel dit "Ulchi Freedom Guardian" (UFG) qui verra des dizaines de milliers de soldats s'entraîner à protéger la Corée du Sud contre une attaque nord-coréenne.

Aux yeux de Pyongyang, ces exercices sont la répétition provocante de 
l'invasion de son propre territoire. Chaque année, il brandit la menace de représailles militaires.

 

Les membres du Conseil de sécurité de l'ONU votent une résolution prévoyant de nouvelles sanctions contre la RPD de Corée, le 5 août à New York.
Photo : AFP/VNA/CVN



Jeter de l'huile sur le feu

"Ces manoeuvres conjointes sont l'expression la plus explicite de leur 
hostilité à notre égard, et personne ne peut garantir que cet exercice 
n'évoluera pas en véritables combats", écrit dans un éditorial dimanche le journal du parti unique au pouvoir Rodong Sinmun.

"Les exercices militaires conjoints Ulchi Freedom Guardian reviendront à 
jeter de l'huile sur le feu et aggraveront la situation sur la péninsule".

Mettant en garde contre "la phase incontrôlable d'une guerre nucléaire", le 
journal poursuit : "Si les États-Unis se perdent dans le fantasme selon lequel une guerre sur la péninsule se passerait chez quelqu'un d'autre, loin de chez eux de l'autre côté du Pacifique, ils se trompent plus que jamais".

Le département d'État américain a fait savoir que l'opération UFG, qui date 
de 1976 et est fondée largement sur des simulations par ordinateur, aurait lieu comme prévu.

Il s'est refusé à dire si elle serait allégée dans un souci d'apaisement. 
Mais le ministère sud-coréen de la Défense a annoncé la participation de 17.500 soldats, une baisse par rapport aux 25.000 GI's de l'édition 2016.

D'après l'agence sud-coréenne Yonhap, les deux alliés étudient 
l'opportunité d'abandonner leur projet initial de déployer deux porte-avions près de la péninsule dans le cadre de cet exercice. 

Parallèlement, le général Jeong Kyeong-Doo, chef de l'état-major 
interarmes, a jugé que la situation actuelle était "plus grave que jamais". Il a prévenu Pyongyang qu'il s'exposerait à des représailles sans merci en cas d'attaque.

"En cas de provocation de l'ennemi, (notre armée) prendra des mesures de 
représailles fortes et résolues pour le lui faire regretter amèrement", a-t-il dit.

AFP/VNA/CVN

 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Quy Nhon, miracle de la nature J’adore les voyages et souhaiterais découvrir le monde en dehors des manuels et théories que j’ai appris à l’école. Voulant faire de ma vie une véritable aventure, j’ai commencé le récit de mon voyage, durant l’été 2018, à Quy Nhon (province de Binh Dinh, Centre).