15/02/2019 14:34
La première réunion ministérielle de l'année de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) s'est achevée jeudi 14 février, après avoir abordé des sujets comme le contrôle des armements, le partage des responsabilités et la défense européenne.
>>L'Allemagne promet à l'OTAN une hausse de ses contributions militaires
>>Traité nucléaire INF: échec des discussions américano-russes à Genève

Le secrétaire général de l'OTAN Jens Stoltenberg.
Photo: Xinhua/VNA/CVN

La réunion s'est terminée sur fond de tensions accrues entre Washington et Moscou, qui s'accusent mutuellement d'avoir enfreint un traité de contrôle des armements datant de la Guerre froide.

Tension autour du Traité  FNI

Dans une conférence de presse donnée à l'issue de la rencontre, le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a appelé une fois encore la Russie à utiliser les six prochains mois pour revenir à un respect complet et vérifiable du Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI) afin de préserver l'existence de cet accord.

Depuis quelques années, les tensions montent en effet à ce sujet entre Moscou et Washington, qui s'accusent mutuellement d'avoir enfreint le traité. Le 1er février, le gouvernement américain a ainsi annoncé qu'il se retirerait du traité FNI dans un délai de six mois à partir du 2 février. Suite à cette décision, la Russie a annoncé le 2 février qu'elle suspendrait également sa participation au traité.

Moscou considère qu'un démantèlement de cet accord de contrôle des armements par Washington pourrait avoir des conséquences imprévisibles.

"Regardez ce qui se passe en matière de désarmement... Les Américains s'efforcent de démanteler complètement le système global de contrôle des armements, ce qui débouchera sur une situation absolument imprévisible", a déclaré samedi 9 février Vassily Nebenzya, ambassadeur de Russie aux Nations unies.

"Les Alliés sont tous prêts à continuer à discuter avec la Russie. Mais nous nous préparons également à un monde sans traité FNI", a quant à lui déclaré M. Stoltenberg.

À cette fin, un certain nombre de membres de l'OTAN ont proposé de nouvelles contributions à l'initiative de préparation au combat des "Quatre trente", qui garantit que 30 navires de guerre, 30 bataillons terrestres et 30 escadrilles aériennes pourront à tout moment être déployés en moins de 30 jours.

"Cela renforcera la capacité de l'OTAN à répondre de manière rapide et décisive à toute crise future", a indiqué le secrétaire général de l'OTAN au cours de cette réunion de deux jours.

Des dépenses supplémentairé en matière de Défense

Sur la question délicate du partage des responsabilités, M. Stoltenberg a déclaré à la presse que les membres européens de l'OTAN et le Canada allaient dépenser 100 milliards de dollars américains supplémentaires dans le domaine de la défense d'ici la fin 2020.

Avant même son investiture officielle, en janvier 2017, le président américain Donald Trump avait commencé à critiqué le partage inégal des responsabilités au sein de l'OTAN, accusant les autres membres de l'alliance de se contenter de profiter des contributions américaines, qui représentent depuis longtemps la majeure partie du budget militaire de l'OTAN.

À l'époque, non content de décrire l'OTAN comme "obsolète", il avait également critiqué les alliés pour avoir manqué à leur promesse de consacrer 2% de leur PIB à la défense.

Depuis son investiture, M. Trump continue à clamer que les autres pays de l'OTAN laissent les États-Unis prendre en charge le coût de leur défense conjointe.

Selon des chiffres de l'OTAN, seuls cinq des 29 pays membres ont en effet atteint leurs objectifs budgétaires l'année dernière: l'Estonie, la Grèce, la Lettonie, le Royaume-Uni et les États-Unis.

Une coopération renforcée avec l'Union européenne
 
Pour ce qui est de sa coopération avec l'Union européenne (UE), l'OTAN a salué dans un communiqué l'attention croissante que l'UE accorde à sa propre défense, un phénomène qui contribuera à renforcer l'OTAN.

La coopération sécuritaire entre les deux parties est cependant loin d'être aussi positive et harmonieuse que ne le suggère ce communiqué. En novembre dernier, Donald Trump et le président français Emmanuel Macron se sont en effet vivement opposés au sujet d'une "armée européenne".

Dès son arrivée à Paris, où s'était rendu pour le centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale, M. Trump avait ainsi critiqué la proposition de "vraie armée européenne" de M. Macron, décrivant cette idée comme "insultante".

"Peut-être l'Europe devrait-elle d'abord payer sa part au sein de l'OTAN, une organisation que les États-Unis subventionnent en grande partie !", avait-il affirmé sur Twitter.

S'efforçant d'apaiser la situation, M. Macron avait évoqué dans son discours inaugural "l'extraordinaire solidarité" qui unit "les plus vieux alliés".

Pour M. Trump, la coopération sécuritaire entre les États-Unis et l'Europe doit avant tout être plus équitable; les États-Unis veulent contribuer à bâtir une Europe plus sûre, mais "cela doit rester équitable", a-t-il déclaré.

Xinhua/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’enseignement de français aux écoles supérieures au Vietnam

Que vaut une visite guidée gratuite de Hanoï? Comment appréhender une ville avec une culture très différente lorsque l’on vient d’arriver? Hanoi Free Tour Guide vous donne la réponse.