14/11/2020 08:59
La Réserve marine de Phu Quôc abrite un écosystème de grande valeur en termes de biodiversité. Face à la hausse de la fréquentation touristique ces dernières années, les autorités locales accordent de plus en plus d’intérêt à la protection du site.
>>La mer, ce patrimoine vital à protéger d’urgence
>>L’économie bleue, un potentiel à promouvoir

La Réserve marine de Phu Quôc dispose d’une riche biodiversité.
Photo : CTV/CVN

Fondée en 2007, la Réserve marine de Phu Quôc, dans la province de Kiên Giang, au Sud, est l’une des 11 Réserves naturelles du pays. Située dans les eaux du district insulaire de Phu Quôc, le site s’étend sur près de 26.900 ha et abrite une zone de pêche riche en espèces aquatiques avec nombre de crevettes, calamars, holothuries... De plus, la réserve comprend des récifs coralliens et des herbiers marins.

Dans les récifs coralliens, 200 espèces de poissons

L’écosystème marin de l’aire marine de Phu Quôc présente une grande diversité biologique et une grande valeur économique, scientifique et environnementale. Ses récifs coralliens sont répartis d’une manière assez uniforme et sont relativement en bon état. Selon le constat des scientifiques et des chercheurs, l’aire marine de Phu Quôc possède des centaines d’espèces de coraux sur une superficie totale d’environ 480 ha. Les récifs coralliens se répartissent sur 21 points et se concentrent principalement autour des îlots de la commune de Hon Thom.

En outre, on y observe neuf espèces d’herbiers marins qui se répartissent surtout dans la zone marine des deux communes de Bai Thom et Hàm Ninh, avec une superficie totale de 10.000 ha. Les herbiers marins et les récifs coralliens sont d’une haute productivité biologique et contribuent pour une part importante à la fourniture en nourriture des espèces marines. Le milieu marin de la réserve offre ainsi une résidence idéale et une source de nourriture abondante pour la faune marine.

Dans cette zone, 152 espèces de poissons vivent dans les récifs coralliens et 50 espèces vivent dans les herbiers marins. L’espace protégé comprend des centaines d’espèces d’algues marines et d’échinodermes. De nombreuses espèces ont une grande valeur économique comme le mérou ou le vivaneau ou sont considérées comme remarquables comme le dugong (vache marine), la tortue marine, le dauphin… Ce sont des espèces animales rares menacées d’extinction et devant être protégées.

Gestion et protection renforcées

Ces dernières années, en raison de la surpêche et du changement climatique, certains récifs ont commencé à dépérir. Les organismes compétents de la province de Kiên Giang se montrent actifs pour la préservation de la biodiversité de la Réserve marine de Phu Quôc. La protection et la valorisation durables de la biodiversité du site constituent une priorité pour la province. Des mesures sont simultanément mises en œuvre. La gestion de ces ressources naturelles est confiée à la province et à un comité de gestion ad hoc du site.

À l’heure actuelle, le comité de gestion de la Réserve a adopté des mesures urgentes pour protéger les coraux et les algues en sensibilisant la population, en surveillant étroitement la zone et en collaborant avec la gendarmerie maritime et les autorités locales pour veiller à la protection de l’écosystème. En outre, des études visant à estimer les menaces et les mesures à prendre pour réhabiliter les récifs coralliens et les tapis d’algues ont été lancées.

Touristes lors d’une plongée de découverte de la Réserve marine de Phu Quôc.
Photo : VNA/CVN

Pour la mise en œuvre de la Stratégie de développement durable de l’économie maritime du Vietnam jusqu’en 2030 avec vision pour 2045, le Comité populaire de la province de Kiên Giang a réalisé des enquêtes sur l’état de la biodiversité et des superficies du site. Le Service provincial de l’agriculture et du développement rural est missionné de bien veiller au renforcement de la gestion d’État dans les eaux proches où la pêche et l’aquaculture sont autorisées, selon la Loi des produits aquatiques.

Parallèlement, un programme de développement de l’écotou-risme pour créer des sources de revenus aux habitants vivant dans la zone tampon a également été lancé. Il s’agit notamment de circuits d’exploration du site, de plongées sous-marines pour admirer les coraux, et autres excursions d’observation paysagère. "Nous nous engageons à ce que l’élaboration de ces circuits n’influence pas le paysage et ne nuise pas à l’environnement. En particulier, nous attachons une grande importance à sensibiliser les pêcheurs locaux à respecter la liste des espèces de poisson interdites à la pêche et à protéger l’environnement marin", affirme Nguyên Hông Cuong, directeur du comité de gestion du site.

Phu Quôc, la plus grande île du Vietnam également appelée l’île des perles, couvre une surface d’environ 590 km². Le Parc national de Phu Quôc couvre 70% de la superficie de l’île. On y trouve des arbres vieux de 1.000 ans, des chutes d’eau magnifiques cachées au cœur de la jungle, des rivières aux eaux limpides. Un lieu idéal pour l’écotourisme.

Linh Thao/CVN
 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Ambiance "électropicale" dédiée aux jeunes francophones

Le nombre de touristes étrangers au Vietnam diminue de 76,6% en onze mois Le nombre d'arrivées internationales au Vietnam en novembre a connu une augmentation de 19,6% par rapport à octobre mais a baissé de 99% en variation annuelle.