22/01/2019 19:09
La Faculté de médecine de Hanoï, en collaboration avec l'Hôpital d’ophtalmologie de Hanoï 2 a organisé le 21 janvier à Hanoï un séminaire sur le thème "Position et rôle de la réfraction ophtalmique en ophtalmologie". De nombreux spécialistes y participaient.

>>Deux ophtalmologues suisses en mission bénévole à Hanoï
>>Traitements ophtalmologiques à apporter aux enfants battus
>>Un ophtalmo sans frontières mobilisé pour le Vietnam

 

Bruce Moore, Professeur de réfraction en pédiatrie, venant de l’École supérieure d’ophtalmologie de Nouvelle-Angleterre (États-Unis), lors du séminaire.


Dans le monde, on trouve quelques 640 millions de personnes malvoyantes en raison d'une erreur réfractive du fait que leurs lunettes ne sont pas correctement ajustées, alors que dans 80% des cas ce type de réglage est aisé. Les graves lacunes de services de soins réfractifs sont principalement dues au manque de personnels qualifiés, selon Bruce Moore, Professeur de réfraction en pédiatrie venant de l’École supérieure d’ophtalmologie de Nouvelle-Angleterre (États-Unis), et les experts vietnamiens.
 
Lors du séminaire sur le thème "Position et rôle de la réfraction ophtalmique en ophtalmologie", le Professeur Bruce Moore a affirmé que "les problématiques rencontrées par le Vietnam concernant les maladies oculaires sont semblables à celles d’autres pays".

L'initiative "Vision 2020", visant à réduire au minimum la cécité évitable d’ici 2020, est une initiative conjointe de l'Organisation mondiale de la santé, de l’Organisation internationale de prévention de la cécité, des organisation non gouvernementales internationales, des associations de professionnels, des organisations de soins oculaires et des membres concernés.
La cécité évitable représente la cécité qui peut être traitée ou prévenue par des moyens efficaces et raisonnables.

Lors du séminaire, les experts ont aussi révélé que le nombre de personnes touchées par une erreur de réfraction au Vietnam était estimé à 15% à 40% de la population du pays, soit environ 14 à 36 millions de personnes. Chez les enfants (âgés de 6 à 15 ans), le taux d'erreur de réfraction est de 25 à 40% en milieu urbain et de 10 à 15% en milieu rural.
 
On estime ainsi que 3 millions d'enfants doivent porter des lunettes correctrices adaptées. Actuellement, l’erreur réfractive est vue comme une question émergente en matière de soins oculaires, devenant de ce fait une priorité dans le Plan national de prévention de la cécité pour la période 2014-2020. La fourniture de lunettes aux personnes présentant ce genre de problème est l’un des moyens d’action les plus efficaces et les plus raisonnables, contribuant à réduire le taux de cécité évitable au Vietnam.


L'erreur de réfraction au Vietnam touche entre 14 et 36 millions de personnes vietnamiennes.


À la recherche
de ressources humaines qualifiées

 
Selon les résultats d'une enquête d’évaluation sur la qualité des services médicaux en charge de la réfraction au Vietnam menée conjointement par l’Institut de la vision Brien Holden (Brien Holden Vision Institute en anglais), la Fondation Fred Hollows (The Fred Hollows Foundation en anglais) et l'Hôpital national d’ophtalmologie, 65% des prescriptions concernant les lunettes correctrices sont incorrectes car les mesures sont prises par du personnel non qualifié.
 
Au Vietnam, les ophtalmologistes sont les principaux acteurs de la lutte contre la cataracte, celle-ci représentant 66% des causes de cécité chez les plus de 50 ans. Ceux-ci ne sont pas disponibles sur l’ensemble du territoire du fait de leur concentration en ville. Par conséquent, certains médecins et infirmiers peuvent se trouver chargés de soins oculaires sans être capables de répondre aux besoins croissants en soins réfractifs. Certains techniciens de réfraction, infirmiers et ophtalmologistes peuvent avoir été formés trop rapidement en raison de la demande pressante en spécialistes. L’optométriste est celui qui occupe la place centrale dans la lutte contre les problèmes de réfraction.
 
Afin de remédier à la pénurie de services d'examen réfractif de qualité au Vietnam, l'Institut de la vision Brien Holden a coopéré avec l’Hôpital national d’ophtalmologie et l’Hôpital d’ophtalmologie de Hô Chi Minh-Ville pour créer et multiplier les formations courtes sur la réfraction, le meulage et l’adaptation des lunettes. Ledit institut est à l’origine de l'élaboration des programmes de formation, a fourni l'équipement et assuré l’entrainement de 24 formateurs nationaux. Cette étape marque un pas en avant certain s’agissant de l’ophtalmologie vietnamienne.
 
Depuis 2012, l’Institut de la vision Brien Holden coopère avec l'Hôpital ophtalmologique de Hô Chi Minh-Ville, l'Université de médecine Pham Ngoc Thach, la Faculté de médecine de Hanoï et l'Hôpital national d’ophtalmologie afin de développer la formation pour les optométristes au Vietnam. À l'heure actuelle, environ 200 étudiants en ophtalmologie réfractive suivent des cours à la Faculté de médecine de Hanoi ainsi que plus de 100 étudiants à la Faculté de médecine Pham Ngoc Thach. La première formation a débuté à Hô Chi Minh-Ville en 2014 et les 13 premiers optométristes en étant issus ont été diplômés en octobre 2018.


Texte et photos : Phuong Mai/CVN


 

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Le lotus dans l’objectif du photographe Trần Bích

Phu Quôc adopte des changements pour attirer les touristes et investisseurs À la veille de la réalisation du plan pilote d’accueil de touristes internationaux ayant des passeports vaccinaux, les compagnies aériennes et l'aéroport de Phu Quôc ont déclaré avoir terminé les préparatifs.