24/07/2021 19:38
La chaîne d’approvisionnement technologique en Asie du Sud-Est a récemment été considérablement affectée par la vague épidémique de COVID-19. Cela pourrait exacerber les pénuries de puces à l’échelle mondiale, selon le Financial Times.
>>Une carte pour s’adapter à la cohabitation avec le coronavirus et se relancer
>>Deux scénarios de croissance pour l’économie vietnamienne en 2021


Le Vietnam joue un rôle important dans la fabrication d’équipements électroniques. Photo : Net/CVN 

Le Vietnam et la Malaisie sont des économies jouant un rôle important dans la fabrication d’équipements électroniques, ainsi que dans l’emballage et le test de composants pour une large gamme de produits, des véhicules aux smartphones. Cependant, ces deux pays sont actuellement confrontés à l’évolution très compliquée de l’épidémie.

Cette situation a le potentiel d’augmenter la pression sur la chaîne d’approvisionnement technologique mondiale, en particulier pour les produits nécessitant des semi-conducteurs. Le secteur des puces est affecté par une pénurie mondiale d’approvisionnement, ainsi que par une demande accrue alors que les pays appliquent des mesures de distanciation sociale.

Selon Gokul Hariharan, responsable de la recherche sur la technologie, les médias et les télécommunications pour l’Asie chez JPMorgan, l’Asie du Sud-Est est une région qui joue un rôle important dans le traitement des composants, notamment des résistances et des condensateurs utilisés dans la production de smartphones et d’autres produits. Environ 15 à 20% des composants mondiaux sont produits dans cette région.

Bien que la situation n’ait pas atteint un stade trop grave, elle doit encore être examinée attentivement car elle semble empirer, a souligné le représentant de JPMorgan.

Faire face à une grave vague épidémie

Actuellement, plus de 50 fournisseurs internationaux de puces exploitent des usines de transformation en Malaisie. Ce pays abrite également de nombreuses installations d’emballage et de test de semi-conducteurs. Cependant, ce pays a appliqué récemment des mesures de distanciation sociale pour la 4e fois en raison d’une forte augmentation du nombre de cas d’infection dans la communauté.

Dans une usine de fabrication de smartphones de Samsung.
Photo : VNA/CVN

La liste des entreprises touchées s’allonge également. L’un d’eux est Taiyo, un fabricant japonais de condensateurs céramiques multicouches. Il s’agit d’un composant utilisé dans les applications électroniques des smartphones et des voitures. Ou comme Ralec, un fournisseur de composants électroniques, qui a prévu que sa capacité de production en juillet diminuera de 30%.

Bien que la plupart des grandes régions de Malaisie soient soumises à des mesures de fermeture strictes, de nombreuses entreprises ayant des activités liées aux semi-conducteurs ont été prioritaires pour fonctionner à 60% de leurs capacités.

Cela s’applique également aux fabricants de composants tels qu’Epson, NDK, Yageo et même Advanced Semiconductor Engineering, la plus grande société d’emballage et de test de puces au monde. Forrest Chen, analyste chez Trendforce, a déclaré : "Taiyo est capable de maintenir un ratio de capacité effective de 80% à 85%, avec un taux d’exploitation de 60%. Les commandes ont également été transférées vers les usines d’autres marques japonaises telles que Murata, Kyocera et TDK".

"Mais même avec des parties hautement automatisées de l’industrie des semi-conducteurs, les délais de livraison peuvent être retardés ou prolongés de plusieurs semaines en raison des procédures de confinement", a déclaré Forrest Chen.

Le Vietnam est également l’un des plus gros exportateurs d’équipements électroniques au monde. Cependant, le pays fait face à une grave vague épidémie, principalement à Hô Chi Minh-Ville, son plus grand pôle économique. Par ailleurs, les provinces autour de Hanoï, où se trouvent une série d’usines produisant des composants électroniques, sont également affectées.

Depuis les 15 juillet, les entreprises de la capitale sont tenues de fonctionner uniquement lorsqu’elles s’arrangent pour que leurs travailleurs restent sur place, gèrent strictement, organisent des navettes, ne laissent pas des travailleurs quitter l’entreprise pour éviter de propager la maladie à la communauté.

Avec ces pratiques, Samsung, le plus grand fabricant mondial de puces, de smartphones et d’écrans électroniques, s’attend  à ne pas être trop gravement touché par cette perturbation. Ses usines de smartphones au Vietnam continuent de fonctionner normalement.
 
CPV/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Des maquettes miniatures reflètent les spécificités de la culture vietnamienne

Quand le tourisme sauve l’identité culturelle Pour les Co Tu de Hoà Vang, un district montagneux rattaché à la ville de Dà Nang (Centre), Dinh Van Nhu est un pionnier. Il a en effet été le tout premier habitant de cette ethnie minoritaire à transformer sa demeure en maison d’hôtes, un modèle d’hébergement chez l’habitant particulièrement prisé des touristes.