17/02/2020 17:21
La radio est certainement l’un des médias les plus universels. L’un des plus anciens, aussi… C’est sans doute la raison pour laquelle elle a "sa" Journée mondiale, jeudi 13 février. Cette Journée mondiale de la radio, la Voix du Vietnam l’a bien évidemment célébrée, en organisant notamment un colloque sur le thème "Radio et diversité".
>>VOV ouvre son 12e bureau de correspondance en Indonésie
>>La voix du Vietnam au Pays du matin calme

Le colloque sur le thème "Radio et diversité".
Photo : VOV/VNA/CVN

La radio reste et demeure le canal d’information par excellence, celui qui est plébiscité dans tous les pays, notamment ceux en voie de développement. Il faut dire que les ondes ont une capacité à franchir les obstacles et à rayonner qui les rend particulièrement précieuses. 

"Nous sommes la diversité"… En choisissant ce thème pour la Journée mondiale de la radio en 2020, l’UNESCO a voulu encourager la créativité et le pluralisme, aussi bien au niveau des salles de rédaction qu’à celui des supports de réception, nouvelles technologies obligent. C’est en tout cas ce qui ressort des propos de  Michael Croft, représentant en chef du bureau de l’UNESCO au Vietnam.

"Aujourd’hui, la radio a plus de chances d’atteindre un large public", constate-t-il. "Les progrès technologiques permettent de toucher davantage d’auditeurs. Avant, on écoutait la radio à la maison, dans les bus, dans les voitures… Maintenant, la radio, on la trouve sur les écrans d’ordinateur et de smartphones. Une diversité de supports, donc, mais qui doit aller de pair avec une diversité de contenus… Plus les rédacteurs sont spécialisés dans tel ou tel domaine, plus les émissions qu’ils proposent sont crédibles. Ça, c’est vraiment l’axiome de base, aujourd’hui…"

Si la diversité est à ce point à l’ordre du jour, c’est parce que nous vivons à l’heure de l’information en continu, et que pour les professionnels des médias, il y a là un véritable défi à relever, comme l’a très justement fait observer Lê Quôc Minh, directeur général adjoint de l’Agence Vietnamienne d’Information (VNA).

"Actuellement, les gens n’ont pas forcément besoin de lire des journaux ou de regarder la télévision pour se tenir informés", explique-t-il. "Ils ont énormément de sources d’information à leur disposition. Le problème, c’est que ces sources d’information ne sont pas toutes fiables, loin s’en faut, et que les fausses informations circulent allègrement. Alors notre devoir à nous, journalistes professionnels, c’est de remettre les pendules à l’heure, d’aider le public à faire la part des choses et d’apporter un tant soit peu de crédibilité".

La diversité, la Voix du Vietnam la pratique depuis un certain temps, déjà. Elle propose en effet trois plateformes alternatives, à savoir une télévision, une publication hebdomadaire et un journal électronique. Les ondes restent bien sûr son principal support, ne serait-ce qu’en vertu d’un passé historique glorieux, d’ailleurs, mais aussi en raison du soutien des auditeurs, qui sont aussi nombreux que fidèles.

"En trois quarts de siècle d’existence, la Voix du Vietnam aura toujours eu le souci de diversifier les thèmes abordés, qui couvrent aussi bien la politique, que la société ou la culture. Mais elle a aussi su s’adapter au monde moderne. Témoin sa présence sur les réseaux sociaux qui permet une très réelle interactivité avec les auditeurs", fait remarquer Dông Manh Hùng, le directeur de VOV1.  

La Voix du Vietnam ? Une radio résolument moderne, ouverte au monde et tournée vers la diversité…

VOV/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Centre de l’information et de la bibliothèque Luong Dinh Cua

Une Le district montagneux de Huong Hoa, province de Quang Tri, au Centre, s’attèle à un projet de taille : devenir une terre de floriculture et attirer les touristes. Créer une "mini Dà Lat" en somme, un surnom dont on l’affuble déjà !