03/04/2021 17:04
Les espaces publics au Vietnam ne sont en général ni bien aménagés ni correctement enjolivés. C’est un problème récurrent qui exaspère les citoyens et les artistes des arts publics.
>>Hanoï : ouverture d’un espace d’art public dans la rue Phùng Hung
>>Réveiller les espaces patrimoniaux de Hanoï


Une illustration murale dans la rue de Phuc Tân, s’inscrit dans le cadre d’un projet d’art public ayant rencontré un franc grand succès.
Photo : Môc Miên/CVN

L’art public retient de plus en plus l’attention des gens. Cela s’explique par son rôle, qui est devenu de plus en plus important, créant non seulement une ambiance sociale mais permettant aussi l’expression des valeurs culturelles et politiques. Selon des spécialistes et experts spécialisés dans la culture, il faut concilier les espaces publics avec les besoin des gens. En effet, certains ouvrages d’art public, visant à embellir le paysage, ne s’adaptent pas au goût du public. "Ils contribuent plus ou moins à la connexion communautaire certes, mais il n’y a pas de véritable harmonie entre l’esthétique de ces ouvrages et l’espace environnant", indique la maître de conférences, Docteure Dang Mai Anh, de l’École des beaux-arts industriels de Hanoï. Avant d’ajouter que les autorités locales et dessinateurs chargés de l’illustration ne sont pas toujours à la hauteur des missions d’aménagement n’ayant pas la formation artistique nécessaire et de préciser que le tout manque parfois de coordination.

Les œuvres d’art public impressionnent et attirent les visiteurs étrangers. "Et pourtant, au Vietnam, la cohérence entre la culture et les beaux-arts n’est pas affirmée, il n’existe pas beaucoup d’ouvrages attrayants, sauf ceux installés dans les sites historiques et culturels importants du pays, comme le monument de la victoire de Diên Biên Phu dans la province de Diên Biên, certains monuments de Dông Lôc à Quang Tri, aux alentours du pont de Hiên Luong, certains monuments et endroits relatifs au Président Hô Chi Minh", fait savoir le Professeur, Docteur Nguyên Xuân Tiên, président de l’Association des beaux-arts de Hô Chi Minh-Ville.

Selon le peintre Nguyên Thê Son, de l’École des beaux-arts du Vietnam, il faut changer les mentalités : bien dessiner est art. Par contre, il faut que les œuvres, les illustrations et les espaces publics soient connectés et liés les uns aux autres. "Les espaces publics et réservés à la créativité et les projets communautaires devraient constituer un système esthétique au service des habitants et des visiteurs, renforçant les valeurs culturelle, éducative voire économique", souligne Nguyên Thê Son.

L’amélioration de la qualité de l’art public nécessite aussi la contribution des secteurs culturels et touristiques, ainsi que le soutien des autorités locales et des artistes. Il est important de créer des documents juridiques en la matière dans le but de dresser des bases solides pour le développement de telles activités socialement influentes.

Môc Miên - Mai Quynh/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
L’art au cœur du développement urbain de Hanoi

Un hôtel à Phu Yên parmi les meilleurs au monde Le magazine de voyage américain Travel and Leisure a nommé l’hôtel Zannier Bai San Hô, dans la province de Phu Yên, parmi les 73 meilleurs hôtels du monde en 2021. C'était le seul hôtel vietnamien à faire partie de cette liste compilée par les rédacteurs dudit magazine.