11/09/2018 07:30
Le Forum économique mondial sur l’ASEAN (WEF ASEAN 2018) se tiendra du 11 au 13 septembre à Hanoï. Entretien avec Justin Wood, directeur régional du WEF en Asie-Pacifique autour de ce sujet.
>>Avis de diplomates sur le WEF ASEAN 2018
>>Viettel: un service téléphonique franchissant les frontières
>>L’ASEAN unie pour s’adapter à la révolution numérique

Le directeur régional du WEF en Asie-Pacifique, Justin Wood.
Photo: VNA/CVN

Le Vietnam et le WEF ont démarré leur coopération en 1989. Comment évaluez-vous les contributions du pays dans la promotion des activités et du développement de ce forum?

Le Vietnam et le WEF ont tissé une étroite collaboration. En particulier, votre Premier ministre Nguyên Xuân Phuc et notre organisation possèdent une relation resserrée. Il a ainsi participé aux diverses réunions du WEF et nous a apporté lui-même de considérables contributions par d’impressionnantes initiatives.

Ainsi, en janvier 2017, les deux parties ont signé l’accord de coopération intitulé "Dévelop-pement d’une économie résiliente et autonome dans le futur". Nous sommes en train de mettre en place les activités inscrites dans cet accord, précisément dans six secteurs que sont numérique dans la société et l’économie, commerce et investissement frontalier, infrastructures, pro-duction, agriculture et sécurité alimentaire, éducation et égalité des sexes.

La 4e révolution industrielle et ses potentiels de développement au Vietnam dans le contexte où le pays enregistre une profonde mutation de son économie, constituent également des questions intéressant particulièrement le Premier ministre vietnamien. À ce sujet, nous sommes en train de travailler avec le ministère du Travail, des Invalides de guerre et des Affaires sociales, dans le but de mener une étude détaillée des futurs emplois au Vietnam et des compétences des ressources humaines qui évolueront inéluctablement avec l’avènement de la 4e révolution industrielle.

En outre, nous  cultivons d’efficaces collaborations avec plusieurs ministres, dont celui du Plan et de l’Investissement, Nguyên Chi Dung. D’actives collaborations s’expriment dans les secteurs importants, les infrastructures notamment. Le WEF a également établi une équipe de travail avec M. Dung, dans l’espoir que cette dernière obtiendrait de brillants résultats dans les deux années à venir.

Le Vietnam est organisateur de l’Année de l’APEC 2017 et, dans quelques jours, du WEF sur l’ASEAN 2018. D’après vous, quelles seront les influences de cet événement sur l’image et le prestige du pays hôte sur la scène internationale?

À mon avis, ces dernières années, le Vietnam a attiré l’attention de la communauté internationale grâce à sa profonde intégration mondiale dans divers secteurs, notamment en économie. Par exemple, la balance commerciale entre le Vietnam et le reste du monde a connu une forte croissance tandis que le pays a signé et continue à signer de nombreux accords de libre-échange, ce qui lui ouvrira de larges opportunités au niveau du commerce et de l’investissement.
De plus, on peut constater un grand flux d’investissements étrangers au Vietnam. Cela contribue à renforcer la position du pays sur la scène mondiale.

Nous avons également obtenu des contacts avec de grandes entreprises internationales en recherche d’opportunités d’investissement, qui considèrent le Vietnam comme une destination idéale. Elles se rendent compte ainsi de l’influence et du prestige du pays à l’échelle mondiale. Nous voulons amener ces entreprises à notre forum afin qu’elles puissent mieux comprendre l’environnement des affaires au Vietnam.

Le WEF ASEAN 2018 souhaite créer de nouvelles opportunités au profit des start-up du Vietnam et de l’ASEAN.
Photo: Tiên Luc/VNA/CVN

Selon vous, quelle est l’importance du WEF ASEAN 2018 pour le Vietnam, alors qu’il cherche à multiplier ses liens économiques avec le reste du monde?

Placé sous le thème "ASEAN 4.0: entrepreneuriat et 4e révolution industrielle", le forum se concentrera sur de grandes questions concernant tous les pays de l’ASEAN. Bien sûr, le Vietnam joue un rôle important au sein de cette communauté dynamique dans le monde. Je crois que l’arrivée d’un grand nombre de chefs d’entreprise ainsi que de représentants de gouvernements apportera au Vietnam une occasion exceptionnelle de présenter son processus de réforme, ses orientations économiques ainsi que les efforts inlassables de son gouvernement dans l’amélioration de l’environnement des affaires et de l’investissement. Nous pouvons constater de grands progrès du Vietnam à ce sujet. En effet, votre pays se place au 55e rang (contre 60e l’année dernière) en matière de compétitivité selon le dernier rapport du WEF. Aussi, dans le même rapport sur l’environnement des affaires 2018 de la Banque mondiale, le Vietnam continue à remonter dans le classement et se situe au 68e rang, progressant ainsi de 14 places par rapport à l’année 2017. Ces évolutions témoignent des efforts dans l’amélioration de son environnement économique.

Quelles sont vos attentes en termes de changement au sein de l’ASEAN en général et du Vietnam en particulier?

Ce forum est un lieu de rencontre et d’échange dans le but de proposer de nouvelles initiatives que nous nous efforcerons de mettre en place le plus efficacement possible. Actuellement, nous réalisons plusieurs projets sur, notamment, l’agriculture, les infrastructures, l’emploi et le commerce, en vue de construire une puissante communauté économique de l’ASEAN. Après ce forum, nous désirons continuer nos projets actuels mais aussi en mettre en avant de nouveaux.

Concernant l’entrepreneuriat, nous espérons obtenir des dialogues importants sur la manière dont les gouvernements encouragent et renforcent ce dernier. Pour le Vietnam, on peut constater la naissance d’un grand nombre de start-up ces dernières années, qui néanmoins limitent leurs activités dans le pays. Il faut leur ouvrir des opportunités vers d’autres marchés. Il me semble en effet que ces entreprises rencontrent de grandes difficultés quant à leur intégration régionale. C’est pourquoi, nous espérons qu’au travers de ce forum, les start-up de l’ASEAN, surtout du Vietnam, pourront nouer des liens avec des entreprises de types et de tailles différents dans la région et dans le monde, afin de constituer un socle solide pour s’ouvrir à l’international. 
 
Propos recueillis par Hông Anh/CVN

 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Quy Nhon, miracle de la nature J’adore les voyages et souhaiterais découvrir le monde en dehors des manuels et théories que j’ai appris à l’école. Voulant faire de ma vie une véritable aventure, j’ai commencé le récit de mon voyage, durant l’été 2018, à Quy Nhon (province de Binh Dinh, Centre).