23/09/2014 13:56
Un concert de pop de la chanteuse française Sophie Maurin, aussi pianiste, auteur et compositeur, aura lieu le 10 octobre à l’IDECAF - Institut d’échanges culturels avec la France à Hô Chi Minh-Ville.

>>Une nouvelle pièce pour les enfants au théâtre IDECAF à Hô Chi Minh-Ville

La chanteuse française Sophie Maurin.
Photo : BTC/CVN


Piano-pop ludique et surréaliste : c'est ainsi que l'on peut qualifier le style musical de Sophie Maurin. Sa voix cassée, un peu mutine, calée sur des textes à l'imaginaire débordant, donne vie à des mélodies mêlant ragtime, swing et ballades.

Cette auteur-compositeur-interprète originaire du Var étudie d'abord le piano classique avant de s'intéresser au blues, au ragtime et au boogie. Inspirée par Debussy et Chopin, autant que par les Beach Boys et les Beatles, elle commence à composer et à écrire ses propres textes.

Dans son premier album Sophie Maurin en 2013, elle propose des chansons élégantes et pétillantes, soutenues par des chœurs entêtants et une grande richesse instrumentale. Cet opus ludique et joyeux lui vaut plusieurs prix et reconnaissances : Coup de Cœur de l'Académie Charles Cros 2013, Prix Premières François avec l'Adami, Sélection premier album France Inter/Télérama, Lauréate Fair 2014 ou encore Finaliste du Prix Georges Moustaki.

La chanteuse française décide, peu de temps après la sortie de son album, de donner une belle renaissance à son titre Far Away. Elle fait appel pour cela à l'artiste éclectique incontournable du Jazz anglais : Jamie Cullum. La chanson solo devient alors duo : les deux voix uniques alternent français et anglais, mais toujours en parfaite harmonie et avec une grande complicité.

Minh Thu/CVN


Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Capturer de beaux moments avec les marguerites Daisy de Hanoï Entre la mi-novembre et la mi-décembre, quand Hanoï ressent les premiers vents hivernaux, c’est la pleine saison des marguerites Daisy (Astéracées). En cette période, ce serait une faute de goût de ne pas acheter un bouquet. Mais pour une expérience plus romantique, rien ne vaut une balade dans un champ de fleurs en banlieue.