20/07/2018 08:30
La police britannique pense avoir identifié les suspects de l'empoisonnement au Novitchok de l'ex-agent double Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia et qu'il s'agit de "Russes", une avancée majeure dans cette enquête, rapportait jeudi 19 juillet l'agence Press Association (PA).

>>Grande-Bretagne: un policier hors de danger après une crainte d'exposition au Novitchok
>>Empoisonnement des Skripal: début des opérations de nettoyage à Salisbury
 

Des agents des services d'urgence britanniques à l'oeuvre près de l'endroit où l'ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille ont été empoisonné au Novitchok, le 8 mars. Photo: AFP/VNA/CVN


"Les enquêteurs pensent qu'ils ont identifié les suspects de l'attaque au Novitchok via des (caméras de surveillance)", dont ils ont comparé les images avec "les dossiers des personnes qui sont entrées dans le pays à cette époque", a déclaré une source proche du dossier, citée par l'agence de presse britannique.

"Ils (les enquêteurs) sont sûrs qu'ils (les suspects) sont Russes", a-t-elle ajouté.

Selon la chaîne de télévision américaine CNN, qui cite également une source proche de l'enquête, la police a identifié "deux suspects". Les Britanniques ont "intercepté à Chypre un message russe codé à destination de Moscou juste après l'empoisonnement, disant que le couple avait quitté le Royaume-Uni", a affirmé cette source.

Interrogé par l'AFP, Scotland Yard s'est refusé à tout commentaire, de même que Downing Street.

"Nous voyons beaucoup de versions différentes dans les journaux qui n'ont pas été confirmées", a réagi sur la BBC l'ambassadeur de Russie au Royaume-Uni, Alexandre Iakovenko, en soulignant l'absence de "déclaration officielle".

L'empoisonnement de l'ex-agent double russe et de sa fille, début mars à Salisbury (Sud-Ouest de l'Angleterre) au moyen du Novitchok, un puissant agent innervant issu d'un programme chimique soviétique, a été attribué par Londres à Moscou, qui nie toute implication.

L'affaire avait déclenché une crise diplomatique entre le Kremlin et les Occidentaux et une vague d'expulsions croisées de diplomates.

Hospitalisés dans un état critique, Ioulia et Sergueï Skripal avaient pu sortir de l'hôpital après plusieurs semaines de soins.

Sergueï Skripal, un ancien colonel du service de renseignement de l'armée russe, avait été condamné en 2006 pour "haute trahison", accusé d'avoir vendu des informations aux Britanniques. Il avait bénéficié en 2010 d'un échange d'espions organisé entre Moscou, Londres et Washington, et s'était installé en Angleterre.

AFP/VNA/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Huê lancera des bus à toit ouvert Les touristes à Huê auront l’occasion de découvrir l’ancienne capitale impériale par des visites en bus à toit ouvert, selon les informations du Service du tourisme de la province centrale de Thua Thiên-Huê.