28/02/2018 17:15
iQiyi, la plateforme de vidéo du géant chinois de l'internet Baidu, a déposé auprès du gendarme boursier américain, la SEC, des documents pour s'introduire à Wall Street -- une entrée en Bourse destinée à financer son expansion sur un marché très concurrentiel.
>>Baidu et le PNUD coopéreront dans l'innovation pour le bien du public
>>Baidu met en place un laboratoire sur l'apprentissage profond

Le stand du groupe Baidu, le 4 décembre 2017, lors de la Conférence mondiale de l'internet organisée à Wuzhen, dans l'Est de la Chine.
Photo : AFP/VNA/CVN

La plateforme indique vouloir lever jusqu'à 1,5 milliard de dollars, selon ce document, un montant considéré comme indicatif et temporaire. Elle sera cotée sous le symbole "IQ" sur le Nasdaq.

Avec 51 millions d'abonnés et quelque 420 millions d'usagers mensuels actifs sur mobile fin 2017, iQiyi domine le marché chinois de la vidéo en ligne, mais les plateformes d'Alibaba (Youku Tudou) et de Tencent, autres géants de l'internet chinois, suivent de près.

En raison de cette âpre concurrence, les coûts de production de contenus numériques pour Baidu ont grimpé de 80% l'an dernier, dépassant 2 milliards de dollars (soit 16% du chiffre d'affaires), et devraient continuer de gonfler.

Dans ce contexte, la levée de fonds permise par l'introduction en Bourse de iQiyi sera utilisée pour financer l'expansion et l'amélioration des contenus, notamment l'onéreuse création de séries et émissions.

Selon les documents transmis à la SEC, iQiyi est restée déficitaire depuis sa création en 2010, enregistrant une perte nette de 3,74 milliards de yuans en 2017 (480 millions d'euros).

En revanche, signe de sa montée en puissance, son chiffre d'affaires a bondi l'an dernier à 17,38 milliards de yuans (2,25 milliards d'euros), contre 11,24 milliards en 2016.

iQiyi s'était distingué l'an dernier par un accord avec Netflix, qui en faisait le diffuseur en Chine des séries à succès du groupe américain comme "Black Mirror" ou "Stranger Things".

La plateforme de Baidu a également profité du succès phénoménal de son télé-crochet en ligne "Rap of China", même si l'avenir de l'émission est remis en question par une campagne anti-hip-hop des autorités chinoises, sur un internet local toujours étroitement censuré.

iQiyi, dans un document à la SEC, a d'ailleurs évoqué le strict encadrement de l'internet chinois par Pékin : "Au cas où les régulateurs trouveraient sur notre plateforme des vidéos ou contenus contestables et nous infligeaient des amendes ou pénalités, nos activités et nos résultats pourraient être négativement affectés".

Baidu, premier moteur de recherche du web chinois, est un mastodonte dont les activités vont de la vidéo en ligne à l'intelligence artificielle, en passant par le développement d'objets connectés et de voitures autonomes, ce qui lui vaut le surnom de "Google chinois".

Après l'introduction de iQiyi à Wall Street, Baidu restera l'actionnaire majoritaire de l'entité, selon les documents boursiers.
 
AFP/VNA/CVN
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Think Playgrounds et l’initiative des espaces de jeu en ville

Huê lancera des bus à toit ouvert Les touristes à Huê auront l’occasion de découvrir l’ancienne capitale impériale par des visites en bus à toit ouvert, selon les informations du Service du tourisme de la province centrale de Thua Thiên-Huê.