30/10/2018 10:10
Il y a 5.300 ans, les Indiens d'Amazonie étaient déjà de grands amateurs de cacao: des traces de l'or brun ont été découvertes sur un site archéologique du sud de l’Équateur repoussant de près de 1.500 ans la domestication du petit arbre.
>>Madagascar, un cacao chic aux marges choc

Des fèves de cacao. Photo: AFP/VNA/CVN

Sur plus de 220 échantillons de céramiques analysées, "30% contenaient du cacao. Une quantité importante qui reflète une utilisation courante", explique Claire Lanaud, généticienne du Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad), coauteur de l'étude publiée lundi 29 octobre. "Cela ne peut pas être le fruit d'une cueillette anecdotique dans la forê !" ajoute la spécialiste pour qui les Indiens devaient bel et bien cultiver le cacaoyer.

C'est la première fois que des chercheurs débusquent des traces archéologiques de l'utilisation du cacao en Amérique du Sud. Et l'une d'entre elles, découverte sur une céramique vieille de 5.300 ans, gagne le titre de "plus ancienne trace de cacao identifiée à ce jour". La découverte a été faite sur le site archéologique de Santa Ana Florida mis au jour en 2002 sur les versants inférieurs de la cordillère andine dans le sud de l’Équateur, une région recouverte d'une forêt tropicale fortement érodée par endroits. Les Mayo Chinchipe qui occupaient ce site représentent la plus ancienne civilisation amérindienne de la haute Amazonie connue à ce jour. Des restes de maisons et un site cérémoniel y subsistent révélant une organisation sociale complexe avec un vaste réseau d’échanges interrégionaux, une architecture cérémonielle importante, et le commerce d'objets prestigieux.

Comme "trois preuves valent mieux qu'une!", l'équipe internationale à l'origine de l'étude publiée dans la revue Nature Ecology & Évolution annonce avoir mis en évidence la présence de grains d’amidon caractéristiques de la plante, de traces de théobromine (un composé spécifique aux fèves mures de cacao) et d’ADN anciens de cacaoyer.

Offrandes funéraires

Les céramiques présentant des traces de cacao ont été découvertes dans les anciennes poubelles et les tombes du village laissant penser que les Indiens d'Amazonie utilisaient les fèves aussi bien comme offrande funéraire que comme nourriture quotidienne. "Comme les grains d'amidon ont été retrouvés dans des bouteilles, les Mayo Chinchipe consommaient certainement les fèves de cacao sous forme de boisson", précise Claire Lanaud.  Mais pas de signe du chocolat chaud maison: les boissons étaient plus certainement faites à partir de simples fèves broyées, une breuvage fortement énergétique.

"Nous supposons qu'ils broyaient les graines pour accéder aux graisses nutritives, aux glucides et aux ingrédients actifs tels que la théobromine et la caféine", explique Michael Blake de l'Université de la Colombie-Britannique à Vancouver, coauteur de l'étude. Jusqu'à présent, les plus anciennes traces de théobromine avaient été retrouvées en Amérique centrale sur des poteries veilles de 3.900 ans. Mais de précédentes études génétiques laissaient déjà penser que le cacao avait été domestiqué en Amérique du Sud avant d'être introduit en Amérique centrale.

Des coquillages, tels que les spondylus et les strombus, issus de la côte pacifique et retrouvés dans les tombes du site de Santa Ana Florida montrent que des communications existaient entre les peuples de la côte Pacifique et ceux d'Amazonie. "Peut-être que c'est par le biais de ces échanges commerciaux que le cacaoyer est allé de l'Amazonie à la cote pacifique", précise Claire Lanaud.

AFP/VNA/CVN


 
Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Une journée au Musée des vestiges deguerre à Hô Chi Minh-Ville

Quy Nhon, miracle de la nature J’adore les voyages et souhaiterais découvrir le monde en dehors des manuels et théories que j’ai appris à l’école. Voulant faire de ma vie une véritable aventure, j’ai commencé le récit de mon voyage, durant l’été 2018, à Quy Nhon (province de Binh Dinh, Centre).