28/06/2014 11:36
L’élevage des chats a le vent en poupe auprès des jeunes de la capitale, surtout les jeunes filles. C’est ainsi qu’est né tout un ensemble de services pour les matous.

 

Un chat angora d’origine anglaise. Photo : Net/CVN


Le commerce de chatons se fait soit dans les marchés ou boutiques, soit en ligne dont la vente est actuellement très appréciée.

Hanoi dénombre de 5.000 à 7.000 chats importés. Parmi eux, le chat angora d’origine anglaise est le moins cher, de 1,8 à plus de 4 millions de dôngs. Le persan coûte un peu plus, entre 2 et 6 millions en moyenne. Le chat à court pelage d’origine anglaise est le préféré, de 3 à 7 millions de dôngs ; et le Chilchila, de 5 à 12 millions de dôngs.

Le plus cher est le chat de Himalaya. Ce "pet" magnifique à poils longs possède des yeux splendides qui font de lui un chat très recherché et populaire. Ces chatons importés, accompagnés d’un certificat, coûtent quelque 3.000 dollars (environ 60 millions de dôngs).


Ailu Cat Cafe, un lieu d’échange entre amoureux de la gent féline. 

Photo : Net/CVN


Curieusement, les chatons des générations suivantes nés sur le sol vietnamien sont moins chers, de 10 millions ou 20 millions de dôngs. Idem pour les autres races. Ils deviennent alors plus accessibles à la majorité des Vietnamiens.

Certains cafés de Hanoi ont misé sur la vague chat pour attirer les clients. Situé au 4, rue Thuy Khuê, dans l'arrondissement de Tây Hô, Ailu Cat Cafe en est un bon exemple. Il s’agit d’un bar où les clients, assis à même le sol, viennent boire un verre en compagnie des poilus. Au total, une quinzaine de chats se partagent les câlins et les 60 m² d’une maison de trois étages. Les cafés de ce genre sont aussi des lieux d’échange entre amoureux de la gent féline.

Hoàng Phuong/CVN

Réagir à cet article
Commentaire:*
E-mail:*
Nom:*
Espace francophone
Indications géographiques: les aides de la France pour le Vietnam

Phu Quôc a accueilli plus de 4,7 millions de visiteurs depuis 2015 Depuis 2015, le district insulaire de Phu Quôc (province de Kiên Giang, Sud) a reçu plus de 4,7 millions de visiteurs, dont 20,5% d’étrangers. Les recettes touristiques ont connu en moyenne une hausse annuelle de 42,5%.